:: Tellius :: Criméa :: Lieux divers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau départ [RP @Félicia]

Sébast Arviel
Sébast Arviel
Nordien Improbable.
Messages : 15
Classe : Conteur
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan - 18:40
Cela faisait seulement quelques jours que Lyannaye avait quitté Mélior. Obéissant à sa mère, elle avait pris le Cela faisait seulement quelques jours que Lyannaye avait quitté Mélior. Obéissant à sa mère, elle avait pris le chemin de l'aventure pour prouver sa valeur, non seulement à elle-même, mais aussi à ceux qu'elle rencontrerait. C'est avec cette idée en tête qu'elle se retrouva donc assez loin de la ville qui l'avait vue naître. Certes, elle n'était clairement pas assez loin pour quitter le pays, mais elle avait tout de même la conviction d'avoir fait du chemin.
Plusieurs éléments le lui indiquaient. Le premier, bien sûr, se référait à ses sens, et en particulier à sa vue. Elle ne voyait pas de lieu connu, même dans ce que ses études lui avaient enseigné. Rien ne valait l'étude de terrain, avait même écrit un des auteurs. Et Lyannaye devait bien admettre qu'elle avait raison. Une autre indice était les odeurs. Elle les sentait. En ce début d'automne, l'humus avait une odeur forte, et qui lui faisait du bien. Elle se sentait proche de la nature, et cela lui apportait un grand réconfort.
Un autre indice était le comportement de Xander. L'étalon piaffait par moment, sans raison apparente, même si la fatigue commençait à se faire sentir. L'animal ne pouvait pas parler, mais Lyannaye prenait tout juste conscience qu'elle le faisait avancer sur un route qui avait été agréable au départ, mais qui s'était finalement révélée très accidentée, empli de creux et de bosses. Pour elle, le voyage avait été confortable, mais pour Xander, elle s'en rendait compte maintenant, cela avait dû être un vrai cauchemar! Tirant sur les rênes, elle le mit au pas, avant de le faire s'arrêter sur le côté de la route. Descendant de selle, elle se sentit misérable. Elle n'avait jamais été douée avec les chevaux, et jamais on n'avait dit d'elle qu'elle pourrait faire une bonne cavalière. Après tout, l'un et l'autre étaient incompatibles. Xander avait beau être ferré, ses sabots étaient abîmés par endroits, et il devait sûrement en tirer une forte souffrance. Ajoutez à cela le souffle lourd mais rapide de la bête, et vous comprendrez immédiatement que le pauvre cheval n'en pouvait plus. Après tout, cela faisait 6 heures que Lyannaye le faisait chevaucher au trot sans la moindre pause...
C'est presque la larme à l'oeil que Lyannaye le mena vers un endroit plus calme, où la végétation rase pourrait apaiser sa douleur. Elle eut également l'agréable surprise d'entendre le bruit d'un ruisseau. Le cheval, également alerté par ses sens, se laissa convaincre de suivre sa maîtresse sur la vingtaine de mètres qui le séparaient de l'eau, source de vie et de réconfort. Une fois sur place, l'animal se mit à boire comme si sa vie en dépendait. Lyannaye, elle, retira ses gants et cueillit de l'eau dans le creux de ses mains, buvant lentement. Malgré que l'automne soit là, il faisait toujours chaud pour qui voyageait sans se protéger du soleil.
Il lui vint alors l'idée de se nettoyer le visage dans l'eau claire, ce qui lui apporta un réconfort réel et conséquent. Son regard suivit alors le fil de l'eau, lui offrant alors la surprise de voir un petit bassin, qui pouvait aisément contenir assez d'eau pour un bain. La baignoire à laquelle elle était habituée lui manquait cruellement, et elle décida de profiter de l'occasion. Pièce par pièce, ses vêtements atterrirent sur la selle de Xander, alors que l'animal veillait attentivement au moindre son hostile. Sa maîtresse se laissa alors glisser dans l'eau, frissonnant. Son petit corps frêle ne laissa bientôt dépasser que les épaules, alors qu'elle succombait à la fraîcheur de l'eau, fermant les yeux avec un soupir d'aise...
Revenir en haut Aller en bas
Félicia
Messages : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Jan - 22:05

Les temps, comme les oeufs, sont durs, c'est le moins que l'on puisse dire pour Félicia. Un peu plus d'un an plus tôt, elle avait entrepris de reprendre sa vie en main grâce à une merveilleuse rencontre. Au hasard de ses errances, la minette avait fait la connaissance de Liyu, une barde - et mère - tout aussi malheureuse qu'elle...non, bien plus qu'elle en vérité.
Et pourtant, elle avait offert son aide à la déserteuse et même son amitié avec le temps. Ensemble, avec la petite gamine que la musicienne trimballait partout, elles se soutinrent l'une l'autre face à leurs démons et s'efforcèrent de garder la tête haute...
Ce qui ne fut pas chose facile, particulièrement au printemps, lorsque morts se sont levés pour assiéger Siennes, la capitale de la patrie de Félicia...et sa ville natale. Sanaki avait frôlé la mort, les remparts s'étaient effondrés, des milliers de vies avaient été balayées en quelques heures dans une marée de corps animés qui crachait au visage de tout ce qui est bon et sacré.

Des semaines, des mois durant, l'ancienne chevalière du ciel avait été inconsolable. Du matin au soir, Félicia culpabilisait de ne pas avoir été présente pour défendre son foyer, de l'avoir abandonné une fois de plus. Chaque jour elle était tentée de tout abandonner pour courir jusqu'aux ruines de sa cité et chercher ses parents, ses anciens amis, pour au moins chasser ce horrible doute qui lui serrait la poitrine : Avaient-ils succombé à la lame du Chevalier de la Mort ? S'étaient-ils retournés les uns contre les autres ?
Mais chaque jour, la même angoisse la stoppait. Elle n'avait tout simplement pas le courage d'affronter la réalité en face, et encore moins le regard de ses semblables qui avait vécu le véritable enfer pendant qu'elle se morfondait dans son coin.
Félicia rechuta également dans l'alcool, vidant choppes et larmes du soir au matin, plus souvent que de raison, s'enfonçant toujours plus loin dans son misérabilisme. Malgré la présence de son amie - la seule qu'il lui restait d'ailleurs - la lancière ne parvenait pas à remonter la pente. Elle n'osait même plus regarder son reflet dans une glace.

Les choses empirèrent de plus belle lorsque le tueur de dragon refit son apparition, à Criméa cette fois, commandant à une troupe de chair et de sang plutôt que de mort-vivants. Il était tout proche, si proche qu'elle aurait pu venger son honneur et sa patrie. Bien sûr, Félicia savait qu'elle y laisserait la vie, si elle se dressait contre Death...mais au moins, elle se serait battue.
Sauf qu'elle n'en fit rien. Au contraire, quand elle apprit que l'invincible guerrier approchait, la chevalière trouva tous les prétextes du monde pour éloigner Liyu, son enfant, et surtout elle-même du nécromancien. Elle avait fui, la queue entre les jambes pour aller se cacher, aussi loin que possible.
Son état ne fit qu'empirer depuis lors, jusqu'à ce qu'elle perde tout goût à la vie. Douée d'une infinie bonté malgré ses souffrances, la Barde la dissuada maintes et maintes fois de commettre une véritable erreur...et la rattrapa même à deux reprises, lorsque le vin triste ou la dépression la poussèrent à bout.

Puis le temps passa, les tensions s'aggravèrent entre les nations et les peuples et Félicia se résolut à accomplir quelque chose de bien dans sa vie, quelque chose dont elle pourrait être fière avant de mourir, que ce soit de la main d'une créature au pouvoir infini, ou de la sienne.
Elle réussit à sortir la tête hors de l'eau, grâce à son amie, et un peu aussi grâce à la petite créature babillante qui adorait lui tirer les cheveux. Cela ne soulagea ni son moral, ni sa culpabilité, mais à nouveau elle essaya de trouver un sens à son existence. Toutefois, le temps de cette merveilleuse présence touchait à son terme...
Félicia parvint, après de nombreuses semaines, à convaincre Liyu de s'installer près des côtes, à l'extrémité la plus excentrée de Criméa. Le paysage y était magnifique, le climat exquis, le vent marin rafraîchissant...et surtout, c'était tout. Pas de grande cité, pas de ressources précieuses, pas d'armées puissantes...typiquement le genre d'endroit, l'espérait-elle de toute sa foi brisée, que les sinistres Cavaliers n'iraient jamais attaquer.
Infiniment reconnaissante de tout ce que la musicienne lui avait apporté, la déserteuse l'aida à s'installer, à trouver le bon village, avec des voisins agréables, et même à nouer quelques contacts tant bien que mal...même si dans cet art, une fois de plus, la barde était bien plus douée qu'elle.

Puis, elle lui fit ses adieux. Des adieux qu'elle avait repoussé pendant encore des semaines, terrifiée à l'idée de se retrouver à nouveau seule, de s'éloigner de sa chère amie. Elle avait le sentiment qu'elle allait mourir si elle s'en éloignait...et ce n'était peut-être pas si loin de la vérité, songea la lancière en portant la main à sa gorge, autour de laquelle elle avait auparavant passé une corde, dans un espoir que la souffrance s'arrête.
Quand elle se résolut enfin à partir à nouveau sur les routes...la minette se sentit aussi perdue qu'avant sa rencontre avec Liyu. Sans talents, sans destination, sans foyer...qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ?

L'automne avança sur Tellius, et ses brises humides annonçaient déjà le froid à une jeune femme qui n'aimait pas l'hiver. Pourtant, elle continua à errer, serrant un épais manteau autour de sa maigre chair, en attendant de rencontrer son destin, un signe miséricordieux que lui enverrait la Déesse, qui avait déjà daigné placer la jeune mère sur son chemin.
Elle espérait retrouver la foi, le courage...n'importe quelle valeur dont elle avait porté fièrement les couleurs autrefois, à dos d'un magnifique pégase. Mais ce n'était pas gagné...

Et aujourd'hui, en ce jour à la quiétude trompeuse, Félicia errait encore. Les joues creuses à cause de la malnutrition et les yeux cernés par la fatigue, à cause des cauchemars qui la faisaient se réveiller en hurlant, trempée de sueur, en plein coeur de la nuit.
Percevant le bruit d'un cours d'eau, l'ancienne chevalière jaugea intéressante l'idée de s'abreuver et se rafraîchir dans une onde claire. Elle avait beaucoup marché, et la soif l'épuisait. Et puis, le coin paraissait tranquille, lui aussi. En espérant que ce ne soit pas un piège...
Un doute qui l'assaillit bien vite, lorsqu'elle aperçut un cheval, domestiqué, près du ruisseau. Méfiante, elle serra sa lance contre elle alors qu'elle se mit à trembler comme une feuille...mais l'animal était seul. Une observation qui lui donna le maigre courage d'avancer, avec une prudence frôlant la paranoïa, car cela signifiait que son propriétaire l'était très certainement aussi. Ce n'était donc pas une bande de hors-la-loi sauvages prête à lui faire subir les pires outrages.

Toutefois, où était-il, ce fameux propriétaire ? Félicia le chercha du regard, sans succès. L'endroit était désert. Sans doute s'était-il accordé une pause-pipi, élément mine de rien indispensable à tout trajet, en particulier en des contrées isolées.
Un clapotement attira son attention, lui faisant poser les yeux sur le petit bassin un peu plus loin...et la fit rougir en se détournant, confuse.


"Oh ! Pardon ! Je...je ne vous avais pas vue !"

Il y avait là une jeune femme...peut-être même encore plus jeune que prévue, qui se baignait tranquillement dans le plus simple appareil. Une vision des plus gênantes, faisant bafouiller la minette de honte pour avoir dérangé dans un moment de détente une parfaite inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Sébast Arviel
Sébast Arviel
Nordien Improbable.
Messages : 15
Classe : Conteur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Jan - 15:31
L'eau était froide, glaciale, d'une température marmoréenne. Jamais de sa vie Lynnaye n'avait ne serait-ce que trempé les pieds dans une eau d'une telle température. A peu de choses près, elle aurait pu se persuader qu'elle nageait dans un lac glacé. L'étincelle de l'instant lui fit regretter les bains chauds auxquels elle avait droit lorsqu'elle vivait encore à Mélior, auprès de sa mère. Elle pencha sa tête en avant, plongeant la visage dans l'eau, avant de la relever, laissant l'eau ruisseler sur ses longs cheveux blonds. Chaque larme algide tombait, clapotait depuis son menton vers la surface de l'eau, lentement, avec un calme qui serait sûrement dérangeant dans d'autres circonstances.
Une fois que chacun de ses muscles commença à crier grâce à cause de la fraîcheur de l'eau, Lynnaye se redressa dans l'eau, son corps ayant eu une tendance à l'horizontalité lors de sa baignade. Cela n'avait rien d'extraordinaire, d'ailleurs. Dans les bains susmentionnés, elle avait pris l'habitude de faire la planche, lors de certains jours où elle pouvait réellement prendre son temps.
Mais un rayon du soleil, passant entre deux branches, fut réverbéré par l'eau, éblouissant légèrement la jeune fille, avec pour effet de la ramener à la réalité. Clignant des yeux, elle commença à se diriger vers la berge, avant d'être interrompu par un craquement venu de devant.
Xander avait visiblement remarqué quelque chose, et piaffait doucement, l'un de ses sabots grattant légèrement le sol. Mais elle venait également de réaliser que quelque chose n'allait pas. Les oiseaux s'étaient tus, et plus un son ne provenait de la canopée.
Dans de telles conditions, la jeune fille commença à avoir peur. Peut-être devrait-elle attraper son épée, ne serait-ce que pour se protéger? Pivotant alors sur elle-même, elle aperçut alors la silhouette d'une femme dont le visage ne lui inspirait rien. Celle-ci, d'ailleurs, s'excusa d'avoir dérangé Lynnaye, qui quitta précipitamment l'abri de l'eau, s'enroulant prestement dans sa cape en espérant que l'inconnue n'ait rien vu. Après tout, elle était sensée être UN Chevalier! Si l'inconnue apprenait son véritable sexe, c'en serait finie de sa belle épopée avant même qu'elle ne commence!


-Qui... Qui êtes-vous?

Lynnaye n'était absolument pas tranquille. En effet, elle était pourtant persuadée de ne pas avoir été suivie, aussi se posait-elle bien des questions! Comment cette femme pouvait-elle arriver dans son dos sans qu'elle ne l'ait remarqué?
Toutefois, elle se morigéna bien vite. Après tout, elle se savait inexpérimentée, mais elle ne se pensait pas aussi facile à surprendre. Dans tous les cas, elle gardait l'inconnue à l’œil, prête à dégainer au premier geste suspect de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Félicia
Messages : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Jan - 16:58

Oh misère, la pauvre fille paraissait aussi troublée qu'elle. Après tout, c'est plutôt normal ! Si elle-même se prélassait à poil au milieu de nulle part, à la merci de n'importe quelle racaille, et qu'une pouilleuse décoiffée, avec des cicatrices lui mangeant la moitié du visage, lance à la main, débarquait...il y avait de très fortes chances pour qu'elle parte en hurlant.
En preuve de sa bonne volonté, Félicia resta à distance plus que prudence de la gamine qui devait avoir...quoi...quinze ans ? Pauvre môme...en tout cas, elle avait le coeur bien accroché pour rester à peu près calme malgré son arrivée très peu subtile.
Osant tout de même lui faire face - car la minette considérait comme extrêmement impoli que de parler à quelqu'un en lui tournant le dos - malgré ses joues rouges comme des tomates, l'ancienne chevalière cala sa lance sur son épaule pour la garder à portée, des fois que la jeunette soit agressive, tout en affichant clairement qu'elle n'était pas venue se battre tandis qu'elle présentait ses mains ouvertes en gage de franchise.


"Je suis désolée ! Je voulais simplement m'arrêter près du ruisseau pour me rafraîchir, je ne te veux aucun mial !"

Stressée comme elle l'était, la lancière était probablement la plus nerveuse des deux...et pourquoi il n'y avait pas de quoi ! Elle faisait face à une enfant, armée d'une pauvre épée, tandis qu'elle portait une lance et était une ancienne militaire ! Cela dit, pour livrer bataille, il faut posséder un solide mental...et celui de la minette était actuellement plus troué qu'un gruyère. A tel point que même son vocabulaire se barrait en sucette, la faute à son fichu surnom qui lui collait à la peau.
Un doute l'assaillit bientôt, et Félicia balaya son regard sur les environs. Et si c'était un piège ? C'était parfaitement improbable, mais...et si une bande se servait de cette toute petite et fragile créature pour appâter des voyageurs, leur faire baisser leur garde, et les assaillir avec sournoiserie ?
Nerveuse, tremblante même sur ses jambes en s'attendant à voir à tout instant surgir des fourrés une horde de guerriers féroces, la déserteuse se força malgré tout à se raisonner. Le lieu n'était pas propice à ce genre d'embuscade. Le terrain s'y prêterait relativement bien...mais pas la position. Trop loin des grands chemins, il n'y avait aucun intérêt à agresser des voyageurs solitaires sans le sou...


"Dis-moi petite...tu...tu es vach'ment courageuse de voyager toute seule, ainsi. Tu n'as pas peur ?"

Ah, l'insouciance de la jeunesse...elle aussi avait connu ça, et en repensant à son propre passé, Félicia se sentit encore plus déprimée qu'avant en ressassant à nouveau les nombreuses et - très - regrettables erreurs commises.
Elle se mordit la lèvre pour se châtier, lorsqu'elle réalise que non seulement sa voix chevrotait, mais qu'en plus, son habitude de fréquenter badauds et piliers de comptoir avait saccagé son langage, l'amenant à tronquer certains mots. Bel exemple pour la jeunesse, Félicia...
Revenir en haut Aller en bas
Sébast Arviel
Sébast Arviel
Nordien Improbable.
Messages : 15
Classe : Conteur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Jan - 20:24
L'incompréhension la plus totale venait de saisir Lynnaye. Non seulement l'inconnue n'avait pas l'air de vouloir se battre, mais en plus, elle semblait encore plus confuse! En d'autres circonstances, elle aurait probablement tout arrêté pour aller la rassurer, tant son expression était troublante! Profitant toutefois de cette légère latence, Lynnaye se déplaça, passant derrière Xander pour se rhabiller. L'ensemble de cette manœuvre lui prendrait probablement quelques minutes. Et régulièrement, elle se giflait mentalement. Elle l'avait vue nue!
Lorsque enfin elle s'estima visible, c'est à dire seulement une fois qu'elle était totalement habillée, elle se résigna à quitter l'abri que représentait la silhouette de Xander. Une fois habillée, elle avait certainement meilleure allure, bien qu'elle n'ait pas prononcé un mot.
Dans cet intervalle de temps, elle avait commencé à ressentir de l'amusement. L'inconnue lui rappelait un ami d'enfance, Nathanaël, qui avait tendance à prendre un accent bien à lui lorsqu'on le grondait. Cette pensée lui tira un petit sourire, qui n'allait toutefois pas jusqu'à atteindre ses yeux. Droite dans ses bottes, elle fit face à la lancière.


-Mon nom est Lynnaye Fayrann, fille de Abidon Fayrann. Je voyage pour prouver au monde que même malgré mon âge, je peux prouver que je n'ai pas peur de l'aventure!

Le tout avait été dit avec un cran assumé. Cela allait de soi, mais Lynnaye n'était pas le genre de personne que l'on effraie facilement. D'autant que l'inconnue était seule et même si elle était très forte, elle n'aurait pas l'avantage du nombre!
Mais une pensée frappa Lynnaye. L'inconnue ne s'était pas présentée, et un frisson la parcourut. Était-elle de ses détrousseurs qui ne disent pas leur nom, vous approchent, puis vous poignardent sans que vous ne connaissez leur identité? Il n'y avait qu'une façon de le savoir! Campée sur ses bottes, une main posée sur le nez de Xander, la jeune fille regarda intensément l'inconnue dans les yeux.


-Et vous, qui êtes-vous? Je ne vous demande pas votre nom complet ni d'où vous venez. Je ne veux savoir que votre vrai nom!
Revenir en haut Aller en bas
Félicia
Messages : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Jan - 21:19
Ce qu'on pouvait dire, c'est que la gamine avait du être torchée dans la soie. Sitôt les premières confusions passées, la voilà qui essaye de se grandir, droite comme un piquet en déclamant haut et fort son nom et celui de son père, comme si cela devait lui apporter du respect, voire de l'admiration...mais hélas, Félicia était bien ignorante de sa famille...et à vrai dire, au vu des événements récents, la minette s'en fichait comme de ses premières chaussettes.
Au moins, c'était rassurant. Plutôt qu'un appât, ce n'était qu'une jeune folle comme tant d'autres, rêvant d'aventures et de liberté dans un monde plein de règles et de devoirs contraignants. Pourtant, elle resta méfiante et lui demanda à nouveau son nom...d'une très étrange façon. Exiger la véritable identité de quelqu'un, en prétendant se moquer à la fois de son origine et du patronyme, tout en présentant les siens était...perturbant.


"Ah ! Pardon. Je m'appelle Félicia Fayst."

Bien, les présentations étant faites, c'était plutôt encourageant. Selon toutes probabilités, l'une comme l'autre repartiraient de cette rencontre en conservant leur intégrité physique. Cela dit, la gamine paraissait un peu trop téméraire pour avoir une chance d'atteindre un jour l'âge adulte, se dit Félicia en se grattant la joue.

"C'est bien beau l'aventure...mais fais attention à ne pas confondre courage et folie, hein. Tu n'as qu'une seule vie, et pas le droit à l'erreur."

Une leçon des plus ironiques de la part de la minette, au minois défiguré par d'innombrables balafres, et dont le passé était plus houleux qu'une tempête en pleine mer. Pour autant, elle se considérait comme extraordinairement chanceuse d'y avoir survécu, et même d'en être sortie presque indemne...physiquement. Aucune blessure ne l'avait réellement handicapé, et malgré son état, elle avait encore deux bras, deux jambes et deux yeux. C'était rare.

"T'imagine si j'avais été une méchante ? J'n'aurais eu aucun mal à t'attraper... Je pense pas que tu prouveras grand chose à tes parents, si tu finis réduite en esclavage, ou tuée au milieu de nulle part. L'orgueil ne mérite pas d'y laisser sa peau..."

Félicia devait être à peine plus âgée qu'elle lorsqu'elle avait appris cette terrible leçon...d'autant plus que ce n'est pas elle qui en avait payé le prix. Il y avait fort à parier que la gamine prenne son attitude moralisatrice de travers, et la minette en aurait fait autant. Après tout, qui apprécierait qu'un parfait inconnu débarque, vous surprenne dans votre intimité, pour vos donner des leçons sur votre vie ?
Pourtant, l'ancienne chevalière du ciel espérait que ses mots trouvent un quelconque écho chez la jeune fille, afin de lui éviter, peut-être, de choisir un mauvais chemin qu'elle regretterait.
Revenir en haut Aller en bas
Sébast Arviel
Sébast Arviel
Nordien Improbable.
Messages : 15
Classe : Conteur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Jan - 18:22
Essayer de se grandir? Lynnaye ne l’aurait jamais fait si elle n’avais pas eu une très bonne, pour ne pas dire excellente raison. Elle se savait jeune, et la plupart des chevaliers que côtoyait son père avaient aujourd’hui le double de son âge, et certains pouvaient même se targuer d’en accuser le triple. Pour une personne jeune, qui souhaitait faire sa place dans le monde de la chevalerie comme Lynnaye, il fallait donc de l’assurance, à défaut de l’expérience.
Et cela, Lynnaye ne l’avait compris que trop tard, après quelques premières humiliations… Mais aujourd’hui, c’était une phase de sa vie qu’elle avait reléguée derrière elle, et que jamais, au grand jamais, elle ne se risquerait à exhumer de ses souvenirs!


Peut-être que je n’ai qu’une seule vie… Peut-être que vous êtes plus forte que moi… Peut-être que vous êtes une méchante, comme vous dites. Et si cela se peut, peut-être que des complices n’attendent qu’un signal pour m’assaillir, m’arracher tout ce que je porte et me violer comme si je leur revenais de droit!

Parce que Lynnaye savait tout cela. Elle savait que malgré que le continent soit virtuellement paisible, les routes, en elles-mêmes, n’étaient absolument pas sûres. Elle savait que de temps en temps, des hommes comme des femmes tombaient sous le joug de personnes mal intentionnées.

Ne me prends pas pour une enfant! Je sais me battre, et je ne laisserai personne me rabaisser au rang de simple héritière de je ne sais quelle maison noble ordinaire!

Comment disait-on, déjà? Ah oui… Lynnaye en voulait, réellement. Elle se savait capable de le faire. Elle savait que malgré les obstacles, elle devait montrer qu’entre les clichés que certains entretenaient et les mythes issus de la vindicte populaire, elle serait toujours la plus forte!

Je veux prouver à tous ceux que je rencontre que je vaux mieux que ça. Je veux devenir plus forte pour prouver à tout le monde que même une fille peut devenir chevalier et surpasser les hommes!

La seconde suivant, elle portait la main à la salle de Xander et dégainait son arme. Si l'inconnue voulait la remettre à sa place et tenter de la convaincre de rentrer chez elle, elle allait être bien desservie!
Revenir en haut Aller en bas
Félicia
Messages : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Jan - 15:12
La minette ne put réprimer un frisson de dégoût à l'hypothèse de la jeune fille, lorsqu'elle évoquait de possibles complices en embuscade. Bien qu'elle n'ait jamais eu le malheur de tomber sous le joug d'une horde malveillante, Félicia connaissait la douleur d'être abusée par la force ou la ruse, appâtée, utilisée puis rejetée par de simples civils pourtant. Elle ne tenait pas un seul instant à imaginer quel calvaire ce devait-être d'être capturée par des scélérats sans scrupules.
Elle sursauta, arrachée à ses pensées lorsque l'adolescente partit d'un soudain éclat de voix, comme si son honneur avait été insulté et que l'offense ne pouvait rester sans réponse. L'ancienne chevalière la regarda avec des yeux ronds, surprise, un peu perdue en fait en ne comprenant pas cette crise soudaine alors que la petite noble clamait haut et fort qu'elle voulait prouver sa force et que les femmes sont aussi capables que les hommes.

Mais avant que Félicia - native de Begnion, nation où la femme était guerrière lorsque l'homme revêtait souvent la bure - ne puisse répliquer quoique ce soit, Lynnaye se saisit de son épée et tire la lame au clair, faisant reculer par réflexe la lancière qui n'en croyait pas ses yeux.
Elle resta quelques instants bouche bée, interdite face à ce spectacle improbable. Son esprit s'affola, la menace d'une arme pointée dans sa direction à et son attention ravivait de nombreuses peurs, alors qu'elle tentait désespérée de comprendre quel mot avait bien pu être prononcé de travers pour obtenir un tel résultat.
La déserteuse se secoua la tête pour se reprendre avant de se frapper le front du plat de la main, éberluée.


"Mais t'es complètement conne !?"

L'injure lui avait échappé, mais sans haine, sans hostilité aucune. Le mot était sorti tel une improbable vérité, qu'on ne parvient pas à accepter. Réalisant sa gaffe, Félicia se couvrit la bouche d'un air coupable, avant de reculer encore d'un pas, sans chercher à se saisir de sa lance. Tant pis pour ce vilain terme, elle ne voulait toujours pas se battre...en revanche, il était vraiment important, pour ne pas dire vital, d'expliquer deux trois petites choses à la môme.

"Tu prouveras rien du tout si tu te fais défoncer par le premier venu parce que tu as attaqué sans réfléchir ! Mis à part que tu étais faible et stupide, c'est tout !"

Les yeux ronds, ne parvenant toujours pas à croire que cette presque enfant soit prête à lui sauter à la gorge pour...pour quoi en fait ? Félicia savait qu'elle n'était pas très intelligente, mais là, cette impulsivité la dépassait totalement. Secouant de nouveau la tête, comme pour nier ce qu'elle avait devant le nez, elle se força à adoucir sa voix, à prendre ce ton délicat qu'avait sa mère pour lui expliquer quelque chose.

"Écoute...moi je ne te veux pas de mal, et puisqu'elle me concerne également, je ne peux que te souhaiter de réussir dans ta quête...mais je t'en prie, laisse les actes aussi viriles que stupides aux mecs, qu'ils se cassent la tête les uns les autres, ça en fera autant de moins."

Bien qu'ancienne soldate, et qui voulait faire honneur à sa famille - un énorme échec d'ailleurs - la minette n'était pas la femme la plus à cheval sur la notion de dignité. Une insulte ne valait que rarement la peine de risquer sa vie. L'honneur, ça se lave, une blessure critique...non.

"Si tu passes pour une idiote, car tu te précipites, en particulier dans un combat perdu d'avance...ou même si tu as l'air hystérique pour Ashera seule sait quelle raison, c'est toutes les femmes que tu feras passer pour des cinglées qui sont faciles à battre, et si tu meurs ou finit lourdement handicapée, tu ne pourras plus rien faire pour changer ça !."

Son coeur cognait tellement fort dans sa poitrine que son propre sang lui faisait mal aux oreilles. Prise au dépourvu, incertaine des réactions possibles de son interlocutrices, Félicia se retrouvait dans la - trop - délicate position de celle qui voulait aider son prochain...qui lui pouvait très bien juste tenter de lui faire la peau. Et même si cette dernière ne valait pas grand chose, la lancière y tenait encore un peu pour l'instant...
Revenir en haut Aller en bas
Sébast Arviel
Sébast Arviel
Nordien Improbable.
Messages : 15
Classe : Conteur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Fév - 15:26
L'héritière se savait jeune. Elle se savait peu expérimentée. Elle savait très bien que même en un contre un, ses chances de gagner étaient minces si son adversaire la surpassait en expérience, ou même sur le point de la force physique. Son maître d'armes avait été très clair, même l'épéiste le plus rapide au monde a des raisons de se méfier d'un homme qui mesure deux fois sa largeur en terme de masse musculaire.
Toutefois, il y avait une chose que Lynnaye ne s'expliquait pas. Comment Félicia pouvait-elle être aussi condescendante? Certes, l'héritière des Fayrann était jeune et inexpérimentée, mais cela ne donnait pas le droit à son aînée de l'insulter et de la rabaisser, et encore moins d'essayer de la convaincre d'abandonner ses rêves!
Toutefois, elle parvint à se calmer. Félicia avait raison, se précipiter ne servait à rien, et étant donné son âge et la faiblesse que lui imposait son manque d'expérience, elle avait plus de chances de se faire empaler par le premier bandit venu...


Hmmm...

La rapière se détourna des yeux de Félicia, dans la direction desquels sa lame était pointée auparavant. Devenant d'abord parallèle au sol, elle amorça une lente descente vers le sol. Les jambes de la jeune noble flageolaient. Elle n'était pas en position de faiblesse, mais pourtant, elle n'avait jamais eu autant la sensation d'avoir échoué. Mais elle se reprit, son aplomb redevint celui qu'elle avait au début de la conversation, alors qu'elle secouait légèrement la tête pour accélérer le séchage des cheveux. Un peu apaisée, elle jeta un noueau regard vers Félicia.

Apprends-moi!

Son ton laissait bien peu de doutes quant à ses intentions. Puisque Félicia était elle-même expérimentée, nul doute qu'elle pourrait l'aider à devenir plus forte!

Aide-moi à devenir plus forte! Je ne veux pas abandonner! Je... je ne peux pas abandonner... J'ai juré...
Revenir en haut Aller en bas
Félicia
Messages : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Fév - 22:44
Pfiou...Félicia avait été mal à l'aise de se montrer...vulgaire avec sa cadette, pour ne pas dire franchement grossière. A sa place, la lancière aurait très mal pris son attitude, mais en l'observant la minette commença à se demander si Lynnaye n'était pas effectivement très vexée. Mais au moins, ce qu'elle lui avait dit semblait l'avoir secoué et fait réfléchir, c'était probablement une bonne chose.
Tout ça pour dire que l'ancienne chevalière pégase se sentit très soulagée quand l'adolescente abaissa enfin son épée. Bien sûr, Félicia remarqua qu'elle gardait la lame au clair, mais son hostilité paraissait s'être dissipée, remplacée petit à petit par une nouvelle fougue.
Nyeh ?

La jeune fille se raccrochait désormais à sa présence et lui demandait d'être son mentor...une déclaration aussi inattendue que soudaine qui prit totalement la lancière à contrepied. Lynnaye insista, visiblement déterminée à devenir une véritable héroïne du jour au lendemain, alors que la minette secouait la tête, tant par refus que pour essayer de se reprendre ses esprits.


"Euh...faut péter un coup, ma p'tite."

Elle était confuse. D'abord elle tombe sur une fille à poil, qui essaye de l'occire parce qu'elle se sent provoquée...puis qui lui demande d'être sa tutrice de l'aventure. Les événements évoluaient beaucoup trop vite et d'un extrême à l'autre, elle ne parvenait pas à suivre.
Se passant la main sur le visage pour essayer de comprendre la logique de son interlocutrice, elle finit par se dire que la jeunette était juste une innocente, encore naïve et pleine de rêve qui se confondaient avec la réalité...et une impatiente de compétition.


"T'as tout ton temps pour devenir forte, tu sais ? Tu ne bafoueras pas ta parole si tu attends quatre ou cinq ans pour affûter tes compétences...regarde les militaires, ils consacrent des décennies, leur vie entière au combat et au service de leur patrie. Personne ne le leur a jamais reproché !"

C'était bien normal après tout, même évident...et Félicia était bien placée pour le savoir, son propre-père étant militaire de carrière. Elle-même avait servi sous les ordres, mais ne se considérait pas comme une véritable soldate, puisqu'elle avait passé plus de temps à rouler sous la table en sanglotant qu'à honorer sa patrie.
Poussant un long soupir, la minette s'efforça de se calmer. Elle était certainement encore plus paniquée que l'adolescente en face d'elle, mais une chose était sûre : Lynnaye ne devait pas la suivre en l'idéalisant comme une grande aventurière ! Elle essaya d'adoucir sa voix, mais resta là où elle se tenait, redoutant encore la rapière que la jeune fille tenait toujours au clair.


"C'est une bonne idée de vouloir un mentor mais...pas moi. Nan mais sérieusement, tu m'as bien regardé ? elle désigna son propre visage, scarifié d'ignobles balafres d'un bout à l'autre J'ai l'air d'une grande guerrière ? J'arrive déjà à peine à sauver ma propre peau ! Après la deuxième guerre, j'me suis tapé une dépression, j'ai déserté l'armée puis ma patrie !"

Réalisant trop tard sa boulette, elle se plaqua la main sur la bouche. Sa désertion était probablement sa plus grande honte, et elle ne l'avouait généralement qu'à ses proches les plus chers...c'est à dire personne, depuis sa fuite, ou après un tonneau de trop en s'étouffant à moitié dans son vomi.
Son moral replongeant au fin fond des talons, la fille du ciel baissa le nez d'un air piteux.


"Comment veux-tu que je puisse faire quoique ce soit pour toi alors que j'arrive déjà pas à m'occuper de moi..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem — Dawn of Destiny :: Tellius :: Criméa :: Lieux divers-
Sauter vers: