:: Tellius :: Criméa :: Lieux divers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A POIL DANS LA RIVIERE [Pv : Hedwidge]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 14:28

Alors là, il commençait... Non, il continuait à l'énerver. Vraiment. Il lui reprochait de parler sans savoir ? Ne faisait-il pas exactement la même chose ? Sauf que là où elle avait tendance à taper juste, lui se contentait d'appliquer des archétypes pour la mettre dans le même sac que tous ceux qui avaient oppressé Daein avant la seconde guerre ! Une époque où elle était encore occupée à étudier la diplomatie et où elle mettait au monde ses enfants. Elle avait même fait parti de ceux qui avaient lutté pour faire cesser la corruption au sénat de Begnion. Et elle avait été de ceux qui étaient partis pour Daein, à la fin des conflits, en vue de nouer des relations diplomatiques solides.
Et s'il y avait bien une chose qui énervait la Begnionnaise, c'était qu'on lui prête des actions qu'elle n'avait pas commises. A nouveau en colère, elle résista autant que possible à la bousculade du rôdeur, sa poitrine se plaquant contre les plaques de son armure. Le choc lui avait fait mal, mais il était à présent hors de question qu'elle le montre. Son regard scintilla à nouveau, et elle le plongea dans l’œil unique du rôdeur

Tu me reproches de te juger sans te connaitre, mais n'est-ce pas précisément ce que tu est en train de faire avec moi ? Jamais je n'ai cautionné, et jamais je ne cautionnerais les comportements scandaleux que tu dépeint à l'instant !

Elle avait envie de le frapper, et il était bien rare qu'elle en arrive à un tel stade, elle qui avait passée sa vie à apprendre la maitrise de ses émotions pour ne pas entraver ses actions diplomatiques. Mais là, c'était plus qu'elle n'en pouvait supporter.

J'ai fait parti des quelques trop rares membres du sénat ayant lutté contre sa corruption ! Lorsque la guerre fut finit, j'ai fait parti des diplomates qui ont quitté leur pays pour rejoindre Daein et assurer une juste collaboration entre les deux pays ! Bon sang, je suis mariée à un homme de Daein ! J'y ai passé presque dix années ! Je connais la souffrance de son peuple, et le fait qu'elle n'ait pas été la mienne ne m'empêche pas d'y compatir et de faire tout mon possible pour l'atténuer !

Le travail de toute une vie ! Par son dédain et son mépris, il foulait au pied le travail de toute une vie ! Les gardes, et même Veena, la regardaient à présent comme s'ils ne l'avaient jamais vue. Et pour cause, jamais elle ne s'était mise en colère à ce point en leur présence. Mais là, elle se sentait personnellement attaquée, et il était hors de question qu'elle laisse le rôdeur la diffamer à ce point.

Et il en va de même avec Criméa ! Ces documents que tu as ruinés étaient des traités visant à fournir ce pays à l'agonie en vivres et en ressources, afin de l'aider à se relever ! Tu as compromis l'espoir de centaines de gens dans un simple mouvement de colère !

Reculant d'un simple pas, elle croisa les bras fermement et souffla, essayant d'évacuer un peu de sa colère. Sortir ainsi de ses gonds n'était pas une bonne idée, peu importe la situation. Au moins l'un d'entre eux se devait de garder la tête sur les épaules, et visiblement ce ne serait pas le rôdeur...

Le monde n'est pas parfait, mais il est du devoir de chacun de contribuer à l'améliorer. Chacun à son échelle. Je ne peux pas intervenir pour chaque femme violée, pour chaque père abusif, mais je peux tenter de faire en sorte que de tels évènements ne se reproduisent plus en travaillant d'arrache-pied à fournir de meilleurs conditions de vie à tous ces gens. Tout comme les milices sont censé contribuer à punir ce genre de comportements. Lorsque tu tue un innocent, faisant souffrir toutes les personnes qui lui étaient proches, tu ne te comporte pas mieux qu'un père qui viole son enfant !


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 17:57

Tiens donc, alors même une peigne-cul de diplomate choyée à l'argenterie depuis la naissance pouvait véritablement s'énerver ? La décolorée se targua d'être une "juste", qui s'opposait aux magouilles, complots et autres arnaques des gouvernements, une de ces protectrices du bon sens et du peuple. De ce fait, elle semblait plaider la cause des pauvres et opprimés, et l'accusait même d'entraver son bon devoir en ayant saccagé ses documents avant de jeter une dernière tirade mûrement répétée probablement.
Plus jeune, Kerorian aurait certainement été très sensible à sa cause et aurait fait de son mieux pour l'assister dans sa tâche dans la mesure de ses compétences. Mais aujourd'hui, un tel discours, pompeux et dégoulinant d'auto-suffisance faisait juste hurler de rire ses démons intérieurs...et pas lui, qui n'affichait qu'une grimace plus crispée que jamais.


"Alors c'est ainsi qu'une poignée de connards décident du sort de villes entières. Avec quelques bouts de papiers, plus fragile encore qu'un chaton."

Elle lui donnait envie de vomir. Si le peuple de Criméa dépendait de si peu, alors il était déjà condamné depuis longtemps. Peut-être qu'en effet, le Rôdeur devrait leur payer une visite et abréger leurs souffrances.

"Lorsque toute ta bonne volonté ne fait que se heurter à la mauvaise foi et à la corruption, laissant tes pairs écraser les peuples, à un contre vingt mille, pendant des décennies et même plus. A quoi sert ton dévouement et ta belle robe ?"

Qu'elle continue à clamer "je me bats de toutes mes forces pour ceux qui le méritent !" mais la réalité était là. Les gens se meurent, de faim ou de peur, tandis que les riches dans son genre continuent à se faire tailler des manteaux sur-mesure brodés d'or.
Il renifla avec un profond mépris.


"Je plains ces peuples qui osent me dicter ma vie, si tu es leur plus grand espoir politique. Toi qui te laissant tant aller nue, dans l'eau, que tu t'en retrouvais à la merci du premier vagabond venu, bien loin de ta garde et de tes armes."

"je fais tout mon possible pour éviter que ces drames ne se reproduisent !" disait la diplomate. Donc barboter sereinement dans la rivière, au lieu de se presser pour que les choses s'accélèrent et que quelque chose se passe.

"J'imagine que c'est ça, "faire ton maximum", de te prélasser nonchalamment alors que chaque heure que tu perds impacte des villes entières. J'admire ton sens du devoir."

Cracha le Rôdeur du ton le plus acide qu'il pouvait faire. Bien évidemment, les choses n'étaient jamais simples. N'importe qui avait le droit de réclamer une pause, de faire une petite sieste, de prendre un bain et se détendre...oui, n'importe qui. Notamment les milliers de pauvres pour qui, s'arrêter signifie ne rien ramener à manger à leur famille. Ces mêmes misérables qu'elle prétendait s'échiner à défendre.
Bien sûr, la diplomatie n'était pas si facile. Kerorian n'était pas le plus grand expert social, mais même lui pouvait concevoir que les nobles et autres précieux faisaient de leur mieux pour s'opposer à la moindre décision qui réduirait ne serait-ce qu'un peu leur confort...mais c'était bien là la raison qu'il avait de les détester, tous, les bons comme les mauvais.
Il leva une main menaçante pour la dissuader de répondre.


"Si tu perds ton temps, et tes efforts, à jouer le jeu de tes ennemis, alors tu as déjà perdu. Mais pour que tu comprennes le véritable impact de ton échec, il faudrait que tu vives avec ceux que tu prétends défendre. Dans la rue, la boue et la faim."

Il en avait assez, d'entendre toujours ce même refrain. Qu'il s'agisse d'un ancien marchand, qui se plaignait d'avoir tout perdu alors qu'il prenait deux repas corrects par jour, ou de ces aventuriers amateurs qui clamaient défendre la veuve et l'orphelin par leur épée.
Les valeurs demandent de la force pour êtres défendues, et la force de la volonté pour être usée au bon moment, au bon endroit.


"Je suis persuadé qu'aucun d'entre vous n'a jamais dormi dans la rue, en se demandant s'il allait manger le lendemain. Vous êtes tous des hypocrites vous complaisant dans votre propre vice. Même le Roi Fou mérite bien plus de respect que n'importe lequel d'entre vous, car il donnait une véritable chance à quiconque la méritait, et ne se cachait pas derrière des mots ou de l'argent."

Ashnard était un dément, sans doute même plus que le Rôdeur, est infiniment plus dangereux car il était aussi rusé que puissant et possédait en prime un royaume entier à ses ordres...mais même s'il était le pire des salopards, l'ancien roi avait également été le plus juste, le plus "naturel", et ainsi, étrangement, le plus apprécié par Kerorian.
Sous son règne, les faibles n'avaient qu'à s'écraser...et donc continuer à vivre comme ils le faisaient aujourd'hui, sans avoir leur mot à dire. Mais ceux qui possédaient un talent, quelque chose qui les faisait sortir du lot, et qui aurait simplement été étouffé par la tyrannie de Begnion, ceux-là pouvaient devenir chevalier, ou même général sous le règle du Roi Fou.
Cela, il le respectait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 18:35

...C'en était assez. Elle n'en pouvait plus. Alors quoi, elle prenait un peu de temps pour s'occuper d'elle-même, et parce-qu'elle ne consacrait pas chaque seconde de sa vie à distribuer du pain dans la rue, il se sentait en droit de la fustiger, de la rabaisser plus bas que terre ? Elle avait envie de le giffler, de toute ses forces. Mais elle ne le fit pas. Parce-qu'elle ne le laisserait pas gagner sur ce terrain-là.

Tu ne fais que spéculer. Tu ne sais rien de la vie de chacune des personnes ici. Et contrairement à ce que tu crois, j'ai connu les choses dont tu parles. J'ai participé à la première guerre. Et quand on est sur les derniers barreaux de l'échelle, on en passe du temps, à attendre les ravitaillement, à se demander si la bataille du lendemain ne sera pas la dernière. Ne parle pas sans savoir.

Le traiter de tout les noms n'avancerait à rien, et pourtant les déesses savaient à quel point elle en avait envie. Elle voulait effacer cet air hypocrite de son visage. Et puis, il avait le beau rôle de la juger, alors qu'il ne faisait pas la moitié de ce qu'elle faisait pour venir en aide à son prochain !

Oui je suis noble. Et diplomate. Et mage. Oui, j'ai de la chance. Et alors ? Ce sont des choses que je n'ai pas choisies. Ce que je choisit en revanche, c'est de ce que je fais de mes avantages.  Et contrairement à ce que tu semble penser, même acheter un beau vêtement peut aider en récompensant le travail des artisans. qui ont contribué à sa fabrication.

Sans compter que bon, elle n'était pas franchement la mieux habillée des nobles. Ce n'était pas non plus comme si elle profitait de son argent pour imposer son rang sociale autour d'elle.
Pourquoi ressentait-elle le besoin de se justifier devant le rôdeur ? Elle n'en savait rien... Peut-être était-elle trop profondément contre les injustices. Mais voir Kerorian si engoncé dans ses certitudes la mettait en rage. Comme si, pour lui, du moment qu'on ne naissait pas dans un caniveau et qu'on ne menait pas une vie d'abstinence totale, on ne valait rien.

Si je ne m'occupais que de mon propre bien-être, ce n'est pas dans cette rivière que je prendrais un peu de temps pour me détendre, ce serait dans un bain chaud. Cela fait des semaines qu'on voyage, je suis fatiguée, tendue, chaque village que l'on traverse est une occasion de plus de se rendre compte d'à quel point la population de Criméa souffre. Alors oui, j'avais besoin de décompresser un peu, parce-que je ne pourrais rien faire d'utile à la cour de Criméa si j'y arrive à fleur de peau et que je me met son gouvernement à dos !

Elle n'en revenait pas de se sentir aussi touchée par les paroles de Kerorian. Elle était si en colère qu'elle en était au bord des larmes ! Elle les refoula, prenant de longues secondes pour imposer le calme à ses nerfs tendus. Elle ne devait pas perdre le contrôle. Ce n'était pas le moment, bon sang...

Alors certes, ces papiers sont fragiles. Mais tu peux en penser ce que tu veux, les mots inscrits dessus sont important. Et si par eux, je peux faire venir à Criméa des ressources pour son peuple, alors ils ont bien plus de valeur que toi, qui ne sait que blesser ceux que tu rencontre ! Que ce soit par tes mots ou par ton épée ! Je pourrais être noble ou prostituée, cela ne changerait rien à ce fait !

Et voila. elle criait maintenant. Pitoyable... Ce type la faisait totalement sortir de ses gonds, elle n'en pouvait plus. Elle qui voulait se détendre avant son arrivée à Mélior, elle se sentait encore plus tendue que la corde d'un arc. Tu parle d'une réussite...


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Oct - 11:40
En tout cas, on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas être impliquée dans son travail, et très vraisemblablement sérieuse. Rappeler que leur position privilégiée, du moins elle, faisait vivre déjà quelques gens à leurs services était signe de bonne foi. Et l'entendre crier "qu'importe que je sois noble ou prostituée" amusait beaucoup le Rôdeur, qui se souvenait de la réaction virulente de Pando' quand il lui avait suggéré de vendre ses charmes.
La diplomate était lucide, visiblement intelligente et sincèrement touchée par le sort des peuples. De plus, elle ne manquait pas de courage, pour oser lui tenir tête et lui crier dessus. Même des vétérans aguerris baisseraient la yeux face à lui, mais cette magicienne n'y songeait visiblement même pas. Beaucoup de qualités qui lui plaisaient, d'autant que sa susceptibilité témoignait également d'un sens de l'honneur indiscutable.
Après tout, les gros tas de merde ne peuvent pas se sentir offensé quand on attaque leur travail, ils reporteraient la faute sur quelqu'un d'autre.


"C'est chiant hein, quand des gens qui ne savent rien et ne font rien, viennent te faire la morale, et te dire comment te devrais vivre."

Grinça-t-il d'un ton tout aussi cassant, mais moins...hostile. Peut-être avait-il réussi à faire passer son opinion quant à son propre sort, tout en apprenant pas mal de choses sur la jolie mage. Il savait parfaitement qu'une seule personne, ou même un seul groupe, ne peut pas tout réaliser seul, surtout lorsqu'il faut s'opposer aux lois, coutumes et rivaux tout à la fois.
Il se redressa, et s'éloigna d'un pas, n'ayant plus d'intérêt à l'oppresser physiquement. Quelque part, Kerorian était assez...satisfait. Il restait encore des gens "bien" pour défendre son rêve d'enfance. Ce même rêve qu'il avait abandonné...quand il avait ramassé l'épée ? Ou quand il avait rencontré Liyu ? Difficile à dire...


"C'est moins ton travail que ceux qui s'y opposent le problème. Ces parasites, ces furoncles bon qu'à créer des polémiques jusqu'à exploser et que vos lois protègent au prix des civils."

Il s'adressait à tel d'un ton plus égal, quoiqu'encore sec, mais pas plus que lorsqu'il l'avait trouvé en train de flotter dans la rivière. L'espace de quelques secondes, un étrange amalgame se créa entre son esprit curieux et les pulsions inavouables qu'attisaient son épée. Si la poitrine c'est essentiellement du gras, et que le gras flotte, est-ce que ces gros seins l'aident à rester à la surface ?
Durant un instant, le Rôdeur se mit à faire la moue en regrettant de ne pas avoir fait attention à ce détail, car il doutait qu'elle accepte de se prêter à l'expérience s'il lui demandait. Puis, il songea que de toute façon la rivière n'était pas assez profonde pour une tentative satisfaisante et écarta la question de son esprit.


"Ceux-là mériteraient ma "visite", et de faire face à une véritable justice. Ceux qui seront obligés de se mettre entre ces cloportes puants et moi, en revanche, non."

Le Rôdeur n'aimait pas s'en prendre aux faibles...mais ô combien ça le démangeait d'écraser les vermines les plus insupportables de Tellius. Tous ceux qui clamaient haut et fort être importants, que le monde tournait grâce à eux, alors qu'ils ne faisaient que corrompre les valeurs de la chevalerie et de la noblesse...et tous les petits trafiquants, traîtres et autres racaille.
Piétiner la mauvaise herbe pour ne laisser fleurir qu'un beau jardin...qu'il taillerait allègrement le moment venu, voilà ce dont il rêvait. En partie.
Peut-être y avait-il vraiment là une piste, et le Rôdeur se fit songeur en y réfléchissant. Après tout, il s'était déjà en quelques sortes engagé sur cette voie, avec l'autre fournisseuse de produits laitiers...et ça ne lui déplaisait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Oct - 12:11

Le changement était... Déstabilisant. Kerorian changeait complètement d'attitide, sa voix devenait moins agressive, et il en venait même à lui dire que son travail n'était pas en cause dans les problèmes que rencontrait les peuples. Il faisait même la différence entre les décisionnaires pourris et les petites mains qui n'avaient d'autre choix que d'obéir aux ordres, arguant que ces derniers ne méritaient pas son courroux.
D'un coup, elle eut l'impression que sa colère n'avait plus de raison d'être. Oh bien sur, elle se sentait toujours tendue, elle avait toujours envie de le frapper pour l'avoir mise dans un tel état, mais le voir changer d'attitude lui permettait à elle-aussi de retomber quelque peu, et elle se força à souffler un bon coup pour se débarrasser de la pression.

L'épuisement s'abattit sur elle comme une masse et elle se sentit vouter les épaules, légèrement, soudainement très lasse. Elle jeta un regard à ses papiers en train de sécher, sentant déjà ses yeux la piquer à l'idée des heures qu'elle allait passer à récupérer leur contenu. Elle se passa une main sur le visage.

Je ne suis pas certaine que tu soit le mieux placé pour appliquer une quelconque "justice" mais soit...

Et puis il parlait, il parlait, mais en attendant il ne faisait que massacrer aveuglément des pauvres gens qui n'avaient rien demandé à personne... D'ailleurs, il y avait toujours un truc qui la perturbait dans cette histoire, et elle finit par lever les yeux vers le visage du rôdeur, la mine interrogatrice.

Pourquoi tu ne nous a pas tués ? Tu aurait très bien pu, tu en a eu largement le temps et les moyens. Mais tu as préféré retourner mon véhicule.

Autour d'eux, les gardes et Veena semblaient se calmer,peut-être parce-que la tension entre Hedwige et Kerorian s'apaisait, au moins un peu. Veena restait cachée derrière l'un des gardes, mais ceux-ci avaient sensiblement baissé la garde de leurs lances, bien qu'ils restaient toujours vigilants.
La Begnionnaise passa légèrement les doigts sur les feuilles en train de sécher avec un nouveau soupire. Elle se sentait découragée d'avance, et pourtant il faudrait qu'elle fasse ce travail, ce soir, pour que tout soit prêt à son arrivée à Mélior. Alors même qu'elle se sentait plus tendue que jamais, en témoignaient sa mâchoire crispée et ses muscles tendus.
Comme souvent lorsqu'elle était fatiguée, elle passa ses doigts dans ses cheveux, remontant ses mèches blondes sur son crâne. Puis elle regarda à nouveau Kerorian d'un air plus ennuyé que furieux. Et oui, sa colère était bel et bien retombée.

Franchement, tu m'aide pas...

Même sa manière de parler se faisait moins recherchée du fait de la fatigue, elle qui mettait toujours un point d'honneur à s'exprimer correctement. La, elle laissait des mots de cotés, simplement dans l'espoir de finir ses phrases plus tôt. Elle prendrait peut-être quelques heures de sommeil avant de se mettre au travail, de manière à ne pas oublier la moitié des phrases de ses traités...


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Oct - 12:27
Hé bien, honorable mais fragile la diplomate. Est-ce que c'était du à sa nature de mage, de noble, ou de femme ? Aucune idée, mais contrairement à lui elle semblait subitement très abattue. Elle émit un doute quant à sa "justice", et le Rôdeur n'entrerait pas dans ce débat là. Car cette fois, il était déjà conscient de ce qui se dirait, de pourquoi, et savait qu'elle ne pourrait pas accepter sa vision des choses.
Mais peu lui importait. Lui ne répondait qu'à ses propres lois, et ne rendait de compte qu'à lui-même.

En revanche, la Begnionnaise remettait sur le tapis la question du "pourquoi tu nous épargnes ?". Certes logique, car lorsqu'on croise un guerrier fou, à la limite de la possession et doté d'une force colossale, on est en droit de s'imaginer qu'il va sabrer à tout va.
Le Rôdeur fut tenté de s'énerver, car il avait déjà répondu à cette énigme précédemment...mais peut-être que ça n'avait pas été assez clair. Aussi, se contenta-t-il de hausser les épaules.


"Pourquoi je l'aurais fait ?"

C'était un coup à ce qu'elle revienne lui demander "et pourquoi t'as tué les autres alors ?" mais la diplomate ignorait sûrement que "les autres" englobait de parfaits pécores comme d'ignobles racailles. Si elle revenait là dessus, le géant l'enverrait simplement chier car elle avait déjà toutes les réponses qu'il lui fallait, et Kerorian détestait se répéter.
En revanche, il ne comprenait pas non plus sa dernière réplique. Très premier degré, et encore un peu naïf malgré son expérience du mal, le Rôdeur se posait souvent des questions en trop.


"Je devais t'aider pour quoi ?"

Derrière son ton sec, provenant d'une gorge rouillée, abimée, apparaissait une véritable curiosité. Avait-il oublié quelque chose ? Et si elle lui avait demandé une faveur, mais qu'il ne s'en souvenait pas ? Cela tendait même à l'inquiéter en fait, car le rythme de ses absences momentanées avaient considérablement réduit...Et si jamais ça recommençait, c'est qu'il se laissait sûrement aller ou que son épée avait trouvé une nouvelle approche.
Il se concentra sur la lame damnée, l'écrasant sous sa volonté au cas où en écoutant attentivement la magicienne aux yeux luisants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 14:44

Hedwige ne s'attendait certes pas àce que Kerorian prenne ses mots au premier degré comme ça. Il semblait se demander pour de bon s'il avait raté quelque chose, si elle lui avait effectivement demandé de l'aider et qu'il avait oublié. La diplomate secoua un peu la tête et désigna ses documents sinistrés d'un geste ample de la main, l'air ennuyée.

C'était une expression. "tu m'aide pas" signifie que tu rajoute encore à ma masse de travail.

Il ne lui avait pourtant pas semblé limité ou benêt. Juste violent et colérique, et possédé par une arme démoniaque. Mais pas idiot.
En tout les cas, elle était soulagée que la tension soit retombée. Ses gardes semblaient également plus sereins, même si Veena restait très craintive et n'osait pas vraiment s'approcher. La servante regardait quand-même Kerorian avec une hostilité qu'elle ne prenait pas la peine de dissimuler, et la diplomate se réjouit qu'elle soit trop peureuse pour lui voler dans les plumes, ce qui n'aurait pas manqué de déclencher de nouveaux éclats de voix.
Or, Hedwige avait besoin de calme.

En tout cas, avec le travail qui l'attendait, elle ne pouvait plus se permettre de camper, comme il était prévu à l'origine. Il leur faudrait pousser jusqu'au prochain village, puiser encore dans leur budget pour prendre une nuit à l'auberge pour elle et sa suite. Elle espérait qu'elle pourrait se procurer une plume et de l'encre sur place, car dans le cas contraire elle n'était pas au bout de ses peines. Et il était hors de question qu'elle présente des traités graffités au charbon sur des planches de bois.
Elle se tourna pour hocher la tête à l'attention du chef de sa garde.

S'il vous pleit, veuillez vérifier que notre véhicule fonctionne correctement après ses péripéties. Nous allons pousser jusqu'à la prochaine ville.

Le temps que les vérifications soient faites, que les chevaux soient attelés, que le matériel déchargé ou renversé soit à nouveau chargé, ses documents seraient peut-être suffisamment secs pour qu'elle puisse les remporter... Dans le cas contraire, elle s'arrangerait autrement. Elle ne pouvait plus vraiment se permettre de perdre du temps à présent.

Elle se tourna vers Kerorian et hocha brièvement la tête.

De toute évidence, je vais reprendre la route. J'imagine donc que nos chemins se séparent ici.

Elle aurait bien conclu par le traditionnel "ce fut un plaisir", mais elle avait aussi pour principe de ne pas mentir lorsqu'elle pouvait l'éviter, et elle ne pensait pas que Kerorian s'offusquerait du manque de politesse après avoir retourné son carrosse.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 23:43

Une fois de plus, les femmes et les nobles prouvaient qu'ils avaient un goût pour les expressions étranges. Pourquoi les usagers de la langue plutôt que de l'épée se plaisaient tant à user de termes prêtant à confusion ? Enfin, on va dire que c'est une démonstration supplémentaire de la futilité féminine et/ou nantie.
le Rôdeur regarda ensuite la diplomate distribuer ses ordres, en étant quelque peu perturbée, fatiguée par les événements, mais qui gardait tant bien que mal la tête froide pour obtenir un bon résultat. Après tout, contrairement à lui qui ne se souciait que de sa puissance et de la victoire, la magicienne devait penser à son avenir et à ses textes. Jusqu'ici, Kerorian n'avait rien à dire. Lui, la politique et les peuples, ça ne le concernait pas.
Puis enfin, elle se tourna à nouveau vers lui et déclara qu'il était certainement temps pour eux de se séparer. ne voyant rien d'autre à dire, ou faire, avec cette Hedwidge, mage de lumière et diplomate de Begnion. Après tout, ils avaient échangés leurs idées, leurs opinions, leurs conflits...et pour une fois, une saloperie de sorcière et noble avaient lâché l'affaire.
Alors soit elle avait oublié de quoi ils parlaient à l'origine, soit elle avait résolu que le Rôdeur était plus compétent qu'elle en ce qui concernait sa propre vie et ses capacités. Dans les deux cas, le débat était clos...et c'était une exception délicieusement remarquable.


"En effet."

Ici, il ne voyait pas quoi dire d'autre. Après tout, la situation...se passait plutôt bien. Certes, ils avaient failli en venir aux mains - pour ne pas dire que le Daeinite a juste été dangereusement tenté de de brandir sa lame dans leurs gueules -  mais au final, c'était un bon résultat.
De toute façon, lui en avait fini ici. Essayer de se ressourcer, de se retrouver dans la solitude, le calme et la contemplation à Criméa...ça ne lui réussissait pas, aussi haussa-t-il les épaules.


"Prends garde, je suppose le Rôdeur n'était pas vraiment au fait des formules d'adieux et de chance Sur la route, comme à la Cour. Le pire n'est pas là où on le croit."

Sans doute n'était-il pas très clair dans ses propos, pas plus que dans sa tête. Mais le guerrier était convaincu, puisqu'il en était lui-même l'exemple, que la plus grande menace n'était pas forcément celle à laquelle on s'attend. Lui, comme le terrible Death, étaient des guerriers hors pairs, insensibles, et dotés d'une force herculéenne...mais l'un comme l'autre suivaient un code, des règles propres à eux-même.
Kerorian se refusait, tant que possible, de s'en prendre à ceux qui ne représentaient aucun défi. Si un adversaire ne pouvait pas être une menace, alors il préférait éviter de perdre son temps avec. Et des rumeurs qu'il avait entendu, et non sans raison, le Chevalier de la Mort pouvait aussi bien pourfendre le roi des dragons en personne...qu'épargner sur un coup de tête une misérable prêtresse anonyme.
Tandis que d'autres, moins dangereux personnellement, mais tellement plus odieux, infligeaient tortures et supplices à des milliers de gens qui n'avaient même pas l'espoir de résister. Certes, Hedwidge pensait être formée à leur résister...mais le Rôdeur était convaincu que c'est ceux qui pensent être le plus apte à se défendre qui tombent les premiers.
Et ça lui ferait sacrément chier que cette nana se fasse trogner comme une merde par les racailles, de la Cour ou de la rue. Ouaip.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem — Dawn of Destiny :: Tellius :: Criméa :: Lieux divers-
Sauter vers: