:: Tellius :: Criméa :: Lieux divers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A POIL DANS LA RIVIERE [Pv : Hedwidge]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Oct - 23:03

Il y a beaucoup d'épreuve dans la vie. Celles qu'imposent les parents, l'entourage, les professeurs...puis celles de la vie elle-même. En particulier lorsque l'on suit la Voie de l’Épée...ou qu'on ne connait qu'elle. Les Autres, les Filles, puis les Enfants, les Adultes, et tout le reste...
Avant même d'avoir vingt-cinq ans, Kerorian en avait fait le tour. Malgré lui, il avait eu femme et enfant. Malgré lui, il s'était attaché à une autre fille, à quelqu'un, une simple Humaine qui avait besoin qu'on lui tende la main...même s'il lui avait plutôt offert son poing. Et dans le même temps, le Rôdeur était aujourd'hui un des guerriers les plus recherchés du continent. Aussi puissant qu'instable, on le craignait autant pour sa force que pour son impétuosité...alors que dans le même temps, on le défendait pour ces mêmes raisons.
L'un disait qu'il était une brute sanguinaire insatiable, l'autre disait qu'il était un chevalier dévoué et désintéressé.
D'un bout à l'autre de Tellius, le nom évident du Rôdeur se répandait de lèvres en lèvres. Haï ou aimé, le "Redeye" était reconnus pour les mêmes attributs. Insensible à la douleur, indifférent à tout péril, imperturbable en toute situation. L'on disait de lui que rien ne le troublait, ni l'amour, ni la haine. Ni la vie, ni la mort.
Et c'était vrai, car c'était justement la raison de son errance.

Ce jour-ci, ayant enfin réussi à prendre congé de cette foutue Pando', le guerrier à la lame noire s'accordait pour la première fois depuis très longtemps un retour aux sources...plus ou moins littéralement. Car il y avait beaucoup de choses qu'on ignorait, ou qu'on ne pouvait envisager au sujet du Rôdeur fait de sang et d'ombre. Parmi elles, la recherche de la sagesse.
Kerorian s'était dénudé, pour la première fois depuis très longtemps. Il avait ôté armure, brassards, cuissardes et vêtements. Il s'était offert, au regard de la nature, de la vérité, avant de s'immerger jusqu'à la taille dans une rivière et de s'adosser à une cascade.
Et alors, pour la première fois depuis longtemps...le guerrier avait renoué avec ses plus anciennes et chères leçons. Il se tenait coi, calme, alors que le torrent s'écoulait sur ses épaules. L'eau rugissait dans un fracas glougloutant en coulant le long de son dos et de son crâne alors qu'il gardait les yeux clos, s'isolant du monde et de ses émois, s'écartant de la peur et de la haine, de l'avidité et de l'amour, cloisonnant ses sentiments et ses expériences dans un petit carton pour ne faire qu'un avec les éléments.

Sous ses pieds, aussi durs que la pierre, il sentait la terre sur laquelle il vivait. Sur son corps, où son sang coulait grâce à son coeur qui se battait envers et contre tout, il pouvait sentir l'eau, source de toute vie, qui ruisselait, comme elle l'avait toujours fait, et le ferait toujours, depuis la création de la vie jusqu'à son extinction. Dans ses poumons, entre le torrent et les creux des roches et falaises, il pouvait sentir l'air. On l'inspire, l'expire, constamment, du début à la fin. Il a toujours été là, et sera toujours là. Comme l'eau, comme la terre, comme le feu.
Le feu qu'il pouvait sentir dans son corps. Car sa chair était chaude. Une Force y brûlait silencieusement, avide d'exploser, affamée, comme toutes les flammes. Elle ne serait jamais rassasiée, telle sa soif de pouvoir.
Car c'était ainsi que se faisait la vie, au détriment d'une autre. Un gain entraînait un coût, un coût une conséquence.

C'est ainsi, que le terrible Redeye, craint ou acclamé, inconnu ou redouté, renouait enfin avec son passé. Enfin, il écartait sa famille, son histoire et sa vie.
Enfin, il se laissait à ne faire plus qu'un avec la nature, avec Tellius elle-même. Même s'il avait planté son épée démoniaque dans la roche, à deux pas de lui à peine, comme un rappel de ce qu'il était, ce qu'il pouvait devenir, et du pouvoir anormal qui était le sien.

Tout cela sans se douter un seul instant que Tellius ne pouvait pas sacquer sa foutue trogne et allait encore lui envoyer un double chromosome X pour lui casser les glaouies.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Oct - 23:33
Elle avait grand besoin de se reposer. Alors que le convois progressait, elle avait rencontré sa nièce, avait du régler une histoire avec des Laguz, sans compter les quelques brigands et cultistes qui avaient eu l'audace de s'en prendre à eux. Alors qu'ils approchaient de Melior, la diplomate avait ressenti un vif besoin de se détendre. Alors elle avait demandé une halte au chef de sa garde lorsqu'ils étaient passés près d'une rivière.
Et la mage blanche s'était dit qu'un bain dans ladite rivière lui ferait du bien.

Accompagnée de sa suivante, une demoiselle du nom de Veena, elle s'était dirigée vers la rivière en emportant avec elle une tenue de rechange et de quoi se sécher. Passer un peu de temps dans l'eau, sentir le courant sur sa peau, voila qui allait lui faire du bien... Papotant tranquillement avec Veena, qui pour sa part n'était pas très enthousiaste à l'idée de se tremper les pieds, elle s'était dévêtue et avait soigneusement pliés ses vêtements pour les confier à la suivante. Puisqu'elle ne voulait pas se baigner, elle pouvait toujours garder ses affaires, n'est-ce pas ?

Une fois ses vêtements retirés, Hedwige dénoua sa natte et laissa ses cheveux retomber sur la marque qu'elle portait entre ses omoplates, témoin de son pacte avec l'esprit qui lui avait octroyé ses pouvoirs. Puis, d'un pas hésitant, elle descendit dans le lit de la rivière, frissonnant légèrement en sentant la fraicheur de l'eau sur ses orteils.

▬ Vous... êtes certaine de vouloir vous baigner ?
Ne t'en fais pas, il n'y a pas de danger. La garde patrouille aux alentours, et puis... L'eau me fera du bien.

Pour une fois qu'elle prenait soin d'elle ! Elle n'avait pas besoin qu'on lui fasse la morale. Et puis, elle savait parfaitement que sa garde ferait en sorte qu'elle ne craigne rien. Elle n'avait aucun ajustement à apporter à ses traités, et durant le trajet, elle n'avait pas grand chose d'autre à faire que de patienter... Et puis, tout le monde avait besoin d'un peu de repos.

Peu à peu, la Wyndalis rentrait dans l'eau, jusqu'à-ce que celle-ci lui arrive à la taille. Le courant n'était pas désagréable, juste assez vif pour caresser sa peau, sans être trop violent. Un véritable délice. Fermant les yeux, elle se laissa peu à peu aller dans l'eau, pliant les jambes pour la sentir monter sur son buste, sa poitrine, jusqu'à-ce qu'elle n'atteigne sa gorge. Là, elle laissa son corps s'habituer à la température fraiche du cours d'eau, se laissant même aller à chantonner doucement.
Elle ouvrit brièvement les yeux, pour constater que Veena ne voulait définitivement pas la suivre, puis elle se laissa définitivement aller dans l'eau. Fermant à nouveau les yeux, elle laissa son corps se mettre à l'horizontale, les vaguelettes générées par le courant la berçant tranquillement, lui procurant un agréable sentiment de bien-être.

Combien de temps passa-t-elle ainsi ? Elle ne compta pas. Elle se sentait simplement dériver, laissant les sons de la nature emplir son esprit, la détendre. Bientôt, au chant des oiseaux et au bruissement du vent dans les branches, se joignit le bruit caractéristique d'une cascade. D'abord diffus, Hedwige entendait ce bruit serapprocher de plus en plus, si bien qu'elle finit par se redresser et rouvrir les yeux pour chercher Veena du regard. Elle ne la trouvait plus. Peut-être que le courant l'avait vraiment emportée loin...

Un peu inquiète, elle regarda à nouveau autour d'elle, pour constater qu'elle n'était pas seule. En effet, sous la cascade, la dame de Wyndalis discernait la silhouette massive... d'un homme. Rougissant jusqu'à la racine de ses cheveux blonds, elle lui tourna résolument le dos, croisant ses bras sur sa volumineuse poitrine.

Oh ! Je... Euh... désolée de vous déranger...


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 11:52
L'avantage d'être à moitié noyé sous une cascade, c'est de pouvoir s'isoler de ses propres sens. Le bruit du torrent pour boucher les oreilles et l'eau dans les yeux pour masquer la vue. Le ruissellement de de la rivière couvrait tout le corps et les remous emplissaient les environs du parfum humide et unique des cascades.
Bon, le Rôdeur et ses sens altérés n'avait guère besoin de ça...mais cela lui faisait du bien de retrouver un peu de ses vieilles habitudes, sereine, de se laisser aller à la contemplation intérieure. Il voulait se plonger en lui-même pour se comprendre, et trouver sa route...et ce n'était pas une mince affaire, pour qui que ce soit, mais pour lui encore moins. Les âmes tourmentées de son épée faisaient obstacle à son exploration interne, lui barrant la route ou l'attirant ailleurs, ou bien hurlant pour tenter de le déconcentrer.
Mais ce n'étaient là que des fragments pitoyables, qui ne valaient guère plus que des morceaux de charbon de bois qui mugissent et couinent dans les ténèbres. Il n'était plus affecté par ces pauvres résidus de rien.

En revanche, quelque chose attira son attention dans le noir. Une sorte de...voix, de présence. Pas une de ces entités brisées qui souffraient leurs derniers instants pour le reste de leur existence, mais bien...quelqu'un. Il n'était pas seul. Peut-être avait-il enfin, après des mois, des années à errer au hasard du destin ?
La méditation glissa vers un état plus concentré. Kerorian avait besoin de savoir à qui appartenait ce murmure dont il percevait à peine l'existence, mais les brumes de ses consciences recommençaient déjà à masquer les chemins. Il eut bientôt l'impression de patauger dans un magma visqueux, d'où les spectres inlassables jaillissaient en mugissant pour s'agripper à lui et essayer de le tirer dans le néant.
Il les rabrouait sans même leur accorder d'attention, mais les fantômes le ralentissaient malgré tout et la voix commençait à devenir un doute. Avait-elle seulement existé, se demandait-il encore, ou n'était-elle qu'une des innombrables manifestations de ses tourments ?
Incapable de rester "serein" plus longtemps, son exploration se changea en vulgaire lutte contre ses démons, jusqu'à ce que la présence réapparaisse. Enfin, peut-être. Il visualisait comme une sorte de...point ? De lumière ? Quelque chose était là, tout proche, en quelques pas peut-être il pouvait l'atteindre, et tendre le bras, et en la saisissant alors il pourrait...


Oh ! Je... Euh... désolée de vous déranger...

Ses yeux se rouvrirent, le rappelant brutalement à la réalité, même si les spectres continuaient à rôder dans son champ de vision. Le point lumineux était toujours là, à la même position...mais avait pris la forme bien tangible d'une femme d'âge plutôt mûr aux courbes plus que généreuses. De grands cheveux blonds, avec une mèche blanche, et des yeux bleus luisant d'un éclat inhabituel.
Ce qui ne l'empêcha pas de soupirer profondément en s'extirpant de sa cascade en quelques pas, se replaçant à côté de la Dragonslayer toujours plantée au fond de la rivière.


"C'est pour quoi cette fois ?"

Une folle qui voulait le violer ? Une débile qui tenait à lui sauter à la gorge pour ruiner son pique-nique ? En la regardant, elle ne lui inspirait pas l'allure d'une guerrière...'manquait plus que ce soit encore une mage blanche décidée à faire des miracles et catastrophes de la tête aux pieds. Ou alors, une noble pénible et friquée de plus ?
Ha ! Ca ne serait vraiment, mais alors vraiment pas de chance ! Comme lorsqu'ils avaient mangé à c'te foutue taverne avec la Pando', et que paf ! Une folle en blanc débarque. Au moins, celle-ci n'allait pas mettre en avant son rang par sa tenue...
Bordel de pays de merde. Pourquoi Ashnard a raté son coup ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 12:37

Et bien, la voila dans une situation toute particulière... Elle avait prévu de se baigner tranquillement, et elle avait dérivé tant et si bien qu'elle s'était retrouvée hors de portée de Veena, sans doute aussi de sa garde, et qu'elle rencontrait à présent quelqu'un qui avait visiblement eu la même idée qu'elle. Elle l'avait sans aucun doute dérangé dans sa tranquillité, et elle s'en voulait pour cela. D'autant que d'un regard en coin, par dessus son épaule, elle constatait son air revêche, sans parler du fait qu'il s'était rapproché du... Manche d'une épée dépassant de l'eau.
Donc en plus, il était armé. Elle espérait qu'il ne serait pas agressif... Au moins, il ne l'avait pas agressée, il avait simplement demandé d'une voix contrariée... Pourquoi elle le dérangeait ? Décidément... Elle tombait au plus mauvais moment.

Veuillez m'excuser... Je prenais simplement un peu de bon temps en me baignant, et je me suis laissé dériver.

Pour une fois qu'elle voulait prendre un peu de temps pour elle, il fallait qu'elle dérange quelqu'un, non mais vraiment ! Et pourtant, elle avait bien le droit de vouloir se détendre un peu non ? Cela faisait des semaines qu'ils voyageaient, qu'elle travaillait sur ses traités, qu'ils réglaient les problèmes auxquels ils étaient confrontés sur la route, et comme par hasard, LE jour où elle se relâche... Elle se retrouve nue dans une rivière avec un inconnu grognon.
Misère de misère.

Je n'avais pas anticipé votre présence. Si vous le souhaitez, je peux partir sur le champ...

A tout prendre, elle aurait tout de même préféré pouvoir rester se baigner, d'autant que la cascade lui paraissait particulièrement agréable. Mais la présence de cet homme la dérangeait, déjà parce-qu'il était nu et qu'elle se sentait à nouveau rougir, mais aussi parce-qu'elle-même ne portait aucun vêtement, et qu'en cet instant l'étranger ne devait pas se priver pour se rincer l’œil...
Se cachant toujours comme elle le pouvait, ses bras fins parfaitement insuffisant à couvrir sa poitrine, elle commença à remonter le courant. Elle avait envie de se faire toute petite et de disparaitre, d'autant qu'avec son air revêche et son épée, le type n'avait rien de rassurant. Oh, et accessoirement, elle n'avait pas pris son tome de magie avec elle dans la rivière, pour une raison parfaitement compréhensible : L'eau et les livres, comment dire... Ça fait pas bon ménage. Donc elle était parfaitement sans défense si l'étranger décidait de l'agresser.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 14:47
Même nue, l'inconnue affichait une relative prestance. Elle tentait de couvrir sa pudeur, une réaction tout à fait normale, et lui-même y serait parvenu avec bien moins de calme dans sa jeunesse, mais pourtant la dame ne couinait pas. Pas d'appel au meurtre, au loup ou d'insultes fleuries. Pas de crise d'hystérie ou de surjeu.
Le Rôdeur pencha légèrement la tête. Elle était belle pourtant, probablement. Grande, un visage bien dessiné aux airs sévères, de longs cheveux et une poitrine digne de celle de Pando'. Et pourtant, elle continuait à le regarder en commençant à lui laisser la place.
Quelle étrange femme. Pas de cris, pas de mouvement de panique, rien. Juste un "oups, désolée".


"Hmpf. Ni la rivière ni le pays ne sont miens grommela de sa voix rêche le guerrier ce n'est pas à moi d'interdire le périmètre ou non."

Après tout, lui-même se moquait bien des lois et des règles...mais n'avait pas vraiment son mot à dire dessus. La décolorée avait fait preuve de calme et de politesse, le Rôdeur s'en contentait amplement. Par réflexe, il écarta une mèche de ses propres cheveux noirs et rouges qui lui tombait dans l'oeil, le seul valide.
Comme à son habitude, il la jaugea de son regard de feu, son iris s'illuminant le temps d'un battement de coeur sous ses sourcils sombres. Aucune raison de la défier, elle était frêle et peu tranquille. Ce n'était pas une combattante, et certainement pas de haut niveau. Ses attraits résidaient ailleurs, dans son corps alléchant certes, et Kerorian trouva ironique de se dire qu'elle avait eu de la chance de tomber sur lui qui ne risquait pas de succomber à ses charmes.

Il fit un geste vague qui enveloppa le courant, pour indiquer qu'il lui importait peu qu'elle reste ou non. Lui de toute façon ne reprendrait pas sa méditation. Elle avait été une expérience intéressante, mais dépourvu d'armure et de vigilance, il se mettait bêtement en péril sur une terre qui, comme il l'avait dit, n'était pas la sienne.


"Sois plus vigilante, la prochaine fois. Les racailles en manque de belles femmes sont légions sur Tellius."

Cela ne lui ressemblait pas de dispenser un avertissement de la sorte...mais peut-être que son attitude "sympathique" lui donnait envie de la préserver. Comme Luciella, qui quoiqu'un peu étrange sur les bords, avait été d'agréable compagnie.
Et Pandora avait récemment connu de grands déboires à cause de sa poitrine trop généreuse. Le Rôdeur soupçonnait que son caractère imbuvable et son manque d'expérience avaient aidé à la précipiter dans un enfer qui ne rappelait que trop à Kerorian celui qui l'avait séparé de Liyu. Aucun doute que si l'occasion se présentait, les petits truands et autres bandits se jetteraient comme des loups affamés sur l'inconnue.

Il grommela, profondément dérangé de s'inquiéter du sort de cette parfaite étrangère qui lui rappelait les deux demoiselles qu'il avait tenté de protéger. Le Rôdeur finit par lui tourner le dos, restant planté à côté de son épée et s'aspergea le visage à grand coup d'eau claire, avant de jeter ses cheveux en arrière pour dégager son visage. Sa tignasse trempée se plaqua, formant une véritable crinière humide de crins rouges et noirs jusqu'à mi-dos.
Pourquoi diable continuait-il tant à essayer de protéger ceux - et surtout celles - qui ne font que lui attirer des ennuis ? Il y avait fort à parier que d'ici dix minutes, la décolorée le tire dans un pétrin quelconque où il n'aurait que son épée géante et son zgeg pour s'en sortir. Il était persuadé d'agir pour lui et lui seul...alors qu'est-ce qui pouvait bien l'attirer à ce point chez les autres pour qu'il s'efforce encore et toujours de leur tendre la main, alors même que ce seul geste lui hérissait le poil ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 17:30

Dans sa situation, Hedwige ne faisait pas vraiment la fière... Mais malgré le caractère particulier de ce qu'il lui arrivait, elle n'avait pas spécialement envie de s'enfuir en courant ou d’appeler la garde. Après tout, l'homme ne l'avait pas menacé. Elle voulait simplement profiter de l'eau et de la tranquillité des lieux, et même l'étrange colosse l'invitait à ne pas faire attention à lui. Il la mettait même en garde contre les fripouilles qui rôdaient un peu partout dans la nature.
Cela dit, quelque chose chez l'inconnu la tracassait, comme si elle avait déjà vue sa tête quelque part...

Dans ce cas... Je vais peut-être rester un peu.

Elle serait toujours plus en sécurité avec cette personne que seule dans la rivière, d'autant qu'il était armé et visiblement non hostile. Elle pensa brièvement à sa dame de compagnie, probablement occupée à quelques menus travaux en attendant son retour, et se demanda quand est-ce qu'elle enverrait la garde à sa recherche...
En tout cas, et malgré sa gêne, elle décida que quitte à y être, et puisqu'elle ne dérangeait pas, autant passer un moment près de la cascade dont le son la ravissait. Sacrifiant à sa pudeur cependant, elle s'immergea de manière à ce que sa poitrine se retrouve sous l'eau, libérant ainsi ses bras. Elle écarta sa mèche blonde de devant ses yeux.

Parfois, son regard dérivait vers l'homme qui restait toujours proche de son épée, et elle se sentait rougir. Comparé à son mari, il ne manquait pas d'une certaine force, en témoignaient les muscles qui roulaient sous sa peau couturée de cicatrices. D'ailleurs, il était borgne. Une peau basanée par les chemins, et une épée aussi grande que lui... A nouveau, elle eut une impression de déjà-vu.

Je me nomme Hedwige. Et vous ?

Histoire au moins de savoir qui lui tenait compagnie. Même nue dans une rivière, elle pouvait bien faire preuve d'un peu de politesse non ? Et puis, peut-être que son nom lui permettrait enfin de resituer son visage... Il était si caractéristique, avec son visage buriné et ses cheveux bicolores, qu'elle était certaine de ne pas le confondre avec quelqu'un d'autre. Mais d'où diable pouvait-elle bien l'avoir déjà vu ?


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 18:18
Hmpf...il avait peut-être fait une connerie en lui permettant de rester. S'il n'avait rien dit, elle se serait juste barrée et le Rôdeur aurait simplement eu la paix. Au lieu de quoi, la voila qui fait demi-tour et revient taper la causette...pour le meilleur ou pour le pire, c'est encore à déterminer.
Il se retourna finalement lorsqu'elle se présenta. Quitte à l'avoir laissée s'installer, autant l'assumer non ? Et on ne parle pas à quelqu'un en lui tournant le dos.


"Kerorian."

De son oeil unique, l'autre brillant toujours d'un éclat flamboyant mais sans percevoir aucune lumière, il l'étudia. Immergée jusqu'à la poitrine, elle dissimulait sa pudeur dans l'onde. Mais il n'y avait pas grand chose à apprendre de plus, à la seule observation de l'étrangère, de cette "Hedwidge". Elle-même le dévisageait avec intensité, mais cela ne le surprenait guère. La voyageuse avait toutes les raisons du monde de le fixer.
Mais comme dit, autant assumer sa présence en tapant la causette, même si comme à son habitude le Rôdeur se retrouvait à grincer des dents lorsqu'il fallait discuter. C'était la même chose avec Pando', et c'était déjà comme ça avec Liyu. La seule consolation à toute cette misère vocable, c'est que le vagabond actuellement à poil ne parlait pas plus à un sexe qu'à l'autre.


"Qu'est-ce qui t'amène jusqu'ici ?"

Nul doute, même si elle était à poil, que l'étrangère faisait un long déplacement. Son attitude, sa façon de parler, témoignaient déjà d'un certain niveau social. Elle aurait pu être une mercenaire plus raffinée que la moyenne...mais n'avait rien d'une guerrière, pas même les blessures. Le Rôdeur aurait pu miser sur une autre marchande, comme Luciella...mais soit elle était accompagnée d'une bande masculine, soit il faisait fausse route, car il doutait qu'une vendeuse abandonne sans marchandise sans surveillance.
Le plus probable, et raisonnable, était qu'elle soit une barde. Oui, une de plus, ou une quelconque conteuse itinérante. Un truc du genre. Et pour sûr, elle voyageait depuis très loin, car de simples locaux n'auraient pas pris la peine de se tremper intégralement, et seul, dans une rivière. Après, impossible de dire d'un simple regard si elle venait de Begnion, ou simplement de l'autre bout du pays.
Ce qui importait peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 19:12

Kerorian, Kerorian... Ce nom aussi lui disait quelque chose. Avec acharnement, elle fouilla sa mémoire à la recherche d'une information, un souvenir, quelque chose qui pourrait lui indiquer qui était cet homme, mais elle fut interrompue dans ses réflexions lorsqu'il reprit la parole d'une voix tendue pour lui demander ce qui l'amenait ici... Ici à Criméa, ou ici dans la rivière ? Dans le doute, elle pouvait répondre aux deux questions...

Je suis diplomate, envoyée par Begnion. Mes hommes et moi sommes en route pour Melior.

Elle pouvait bien le dire... Malgré son air revêche et son épée, Kerorian ne lui semblait pas être un mauvais bougre. Déjà, il ne l'avait pas agressé pour profiter d'elle, ce qui témoignait en sa faveur. Certes, elle était nue, et cela signifiait qu'elle n'avait sur elle aucune richesse à dérober, néanmoins cela mettait la Wyndalis en confiance... Bien qu'elle fasse attention à bien rester dans l'eau, peu désireuse de se montrer nue. Le guerrier en avait déjà vu bien assez, et elle avait sa pudeur tout de même. D'autant qu'elle était mariée.

Après plus d'un mois de voyage, et à l'approche de notre destination, j'ai eu envie de me reposer quelque peu, raison pour laquelle nous avons fait halte près de cette rivière.

Bon, elle avait eu l'occasion de se laver et de se reposer durant le voyage, mais cela n'empêchait rien. D'autant qu'ils allaient effectivement bientôt arriver, elle aurait alors beaucoup trop de travail pour se permettre à nouveau ce genre de folie. Elle en profitait donc tant qu'elle le pouvait encore.

Et puis soudainement, elle se souvint. De l'endroit où elle avait déjà vu le visage de Kerorian, son nom... Ce n'était pas une personne qu'elle connaissait personnellement. Mais un individu globalement connu dans les environs, puisqu'il figurait sur des avis de recherche.
Un criminel. Pas un voleur, un violeur, ni même un assassin, non... Un tueur. Un tueur, purement et simplement. Il était recherché pour avoir mis fin aux jours de quelques disaines de personnes. Voyageurs, gardes, habitants... Et il se tenait devant elle, aussi calme que possible, sans chercher à l'attaquer où à lui faire du mal.

Finalement, elle n'aurait peut-être pas du lui dire qu'elle était diplomate... Elle tentait au moins de se rassurer en se disant qu'il ne semblait pas agir par appât du gain. Néanmoins, elle ne se sentait pas tranquille, loin s'en fallait.

Dans le pire des cas... Elle pourrait toujours crier à l'aide à sa garde, elle savait qu'ils patrouillaient dans les alentours. Elle devait rester en vie pour ne pas compromettre les négociations avec la reine Elincia.
Elle était visiblement mal à l'aise. A la réalisation de l'identité de son interlocuteur, sa rougeur s'était transformée en pâleur, et même l'eau lui paraissait avoir perdu quelques degrés. Elle grelottait un peu.
Peut-être que la meilleur solution était de continuer à jouer le jeu... Ne pas le brusquer, ne pas l'importuner, et il la laisserait aller sans la menacer... Et la garde le cas échéant. En attendant, tant qu'il ne se montrait pas hostile, elle devait à tout prix éviter de les rameuter. Nul doute que la vision de quelques hommes armés ne contribueraient pas à ce qu'il garde son calme.

Hrm...


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 20:53
Tiens donc. Finalement, elle était d'un niveau encore plus élevé que prévu, car l'étrangère reconnut être une diplomate. Fonctionnaire des hautes autorités donc, et de Begnion. Jusque là au final, ça semblait assez logique. Le Rôdeur s'étonna vaguement qu'elle n'ait pas le moindre garde à proximité. Certes, elle avait reconnu s'être laissée dériver sans faire attention...mais cela signifiait qu'il était très facile d'attendre un moment d'inattention pour l'écarter de son groupe.
Bon, très honnêtement, Kerorian n'était pas réellement surpris. Il n'avait pas vraiment une bonne opinion des Begnionnais, qu'il prenait pour des illuminés qui se mettait à genoux pour un oui ou un non. Rien d'étonnant à ce qu'ils abandonnent leurs éléments officiels à tous les coups du sort dès qu'ils cédaient à une tentation.

Le Rôdeur se demandait quelles questions il pouvait lui poser. Autrefois, le voyageur du nord aurait très certainement voulu se renseigner sur le fonctionnement des cultes, des sphères du Sénat, et tout ce qu'une diplomate comme elle pouvait bien savoir de plus que le commun des mortels...mais aujourd'hui, Kerorian s'en contrefoutait.
Quel intérêt de se renseigner sur le fonctionnement inefficace d'un pays en ruines ? Ils n'étaient que des fous, convaincus que leur sort dépendaient d'une volonté autre que la leur, et n'était alors guère plus que des pantins de paille ballotés par le vent. Idiots.
Puis il remarqua que l'ambassadrice avait changé de couleur. Lui qui les distinguait mal, percevait en revanche très bien les flagrantes nuances de gris, comme n'importe qui d'ailleurs...et Hedwidge semblait fort indisposée. Que se passait-il ? Elle choppait déjà un rhume à force de se tremper dans une eau sauvage plutôt qu'un bain luxueusement chauffé et aromatisé ?


"Il y a mieux à faire que mourir de froid dans une rivière."

Elle grelottait. Les nobles de Begnion étaient-ils à ce point fragiles ? Lui ne s'en rendait pas compte, non seulement car son corps ne percevait plus grand chose, mais aussi car il était originaire des montagnes de Daein. Les neiges et l'altitude avaient bercés son enfance, en l'absence des bras d'une mère. Le froid était son compagnon depuis toujours, et d'autant plus depuis qu'il s'était enfermé dans cette coquille de fer glacée.
Mais un doute l'assaillit. C'était une femme, et derrière sa jolie bouille, il y avait fort à parier qu'elle lui attire tout de même des ennuis...et si elle tombait subitement dans sa période ? Avec sa chance légendaire, elle serait foutue de transformer la rivière en rouge ! Au moins pour une fois, ça ne serait pas de sa faute, se dit le Rôdeur, que la possibilité ne réjouissait pas vraiment.


"Tu ferais mieux d'aller te réchauffer. Je ne tiens guère à te trimballer comme un sac à patate à tes potes, et encore moins à devoir leur expliquer pourquoi je te ramène la queue à l'air."

M'wais. Dual jusqu'à ses expressions, Kerorian manquait en revanche toujours de finesse, et la perspective que la diplomate se mette soudainement à vomir ses fluides - quel qu'ils soient - à quelques mètres à peine en amont de lui ne lui disait rien qui vaille.
Pas plus que celle de devoir l'abandonner dans l'eau, ou de la porter jusqu'à son groupe. Déjà qu'il n'avait pas originellement envie de rencontrer des gens, faire jaser quelques Begnionnais de plus à son sujet ne lui apporterait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 21:31

No, définitivement, quelque chose n'allait pas. Pour un criminel tueur, ce Kerorian était bien trop aimable. En la voyant frissonner, il lui avait suggéré de se mettre au sec et au chaud. Bon, il avait aussi ajouté quelque chose de peu gracieux, certes, mais... Il lui paraissait plus bourru qu'hostile, et elle ne parvenait pas à l'imaginer dans le rôle du méchant.
Elle hocha lentement la tête, soufflant longuement pour évacuer la tension qui avait raidie ses épaules. Elle devait se détendre, elle n'avait rien à craindre de lui... Dans le cas contraire, il lui aurait déjà fait du mal. Or, il semblait plutôt inquiet pour elle, bien que cela ne transparaisse que par ses mots, son expression restant peu ou proue la même. Il était tout de même bien peu expressif, cet homme.

Vous avez sans doute raison...

Ainsi décida-t-elle de remonter le courant de la rivière pour retrouver Veena et ses vêtements. Avant d'entamer sa marche néanmoins, et faisant tout de même attention à rester immergée, elle considéra un moment le rôdeur du regard.

Si vous le souhaitez, nous avons du thé au campement.

Une invitation. Elle ne voulait pas le pousser à faire quoi que ce soit, mais boire un thé avec lui était une idée qui plaisait à Hedwige. Elle était intriguée. Elle voulait savoir pourquoi sa tête était sur les avis de recherche, et elle serait plus en sécurité près du campement pour cela. Considérant en plus qu'elle ne souhaitait pas rentrer dans le vif du sujet immédiatement, de peur de susciter le rejet chez Kerorian...
De toute manière, tant qu'elle serait là, les gardes qui l'accompagnaient n'auraient pas droit de s'attaquer à son invité. Le colosse ferait sans doute peur à Veena, mais elle s'en remettrait. Maintenant, la curiosité de la Wyndalis était titillée, et puisque sa crainte initiale était passée, alors pourquoi ne pas la satisfaire ?

D'autant que le rôdeur à la crinière si atypique pouvait toujours refuser sa proposition, si jamais il ne souhaitait pas partager un thé il en avait tout à fait le droit. Elle ne le forcerait en rien.
Une fois la réponse obtenue, la Wyndalis s'engagea le long de la rivière pour de bon, remontant le courant et la pente pour retrouver l'endroit où elle avait laissé sa suivante avec ses effets.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Oct - 22:15
La fille finissait par s'en remettre à la raison - une preuve supplémentaire s'il en fallait qu'elle n'était pas comme les autres - et par s'éloigner pour rejoindre son campement. Mais avant de filer, elle lui lança une invitation à prendre le thé.
En toute honnêteté, Kerorian ne le souhaitait guère. Rencontrer des gens qui n'avaient pas plus d'intérêt que celui d'attiser sa curiosité quelques minutes ne le séduisait pas. Surtout s'ils étaient tout un groupe, il faudrait garder un oeil sur chacun, s'ennuyer de leur inutilité collective, et tout ça...mais la diplomate méritait un peu d'attention. Ce n'était pas commun de rencontrer une femme, surtout de bonne place sociale, totalement nue, et qu'au lieu de crier et de s'enfuir comme une folle vous invite plutôt à prendre une boisson chaude. Curieux, n'est-ce pas ?
Et puis, le Rôdeur aimait bien le thé, même si cela faisait longtemps qu'il n'en ressentait plus vraiment le goût. Puisque la journée se prêtait à renouer avec ses anciennes habitudes, qui lui manquaient, autant aller jusqu'au goût. Aussi, donna-t-il son assentiment d'un hochement de tête grognon.

Lorsqu'elle eut disparut, le Rôdeur s'en alla retrouver ses propres affaires, se séchant sobrement avant d'enfiler tuniques et armures, laçant fermement sa lourde carapace en enveloppant autant son corps que son esprit de murailles, s'abritant de tout péril, physique ou émotionnel. Quelque chose lui disait qu'il allait en avoir besoin.
Zwei à sa hanche, sa hache au ceinturon, Kerorian balança ensuite la lourde épée noire sur son dos et la sangla avant de prendre la route qu'avait emprunté la diplomate un peu plus tôt. Peut-être, sans doute, faisait-il une erreur...mais dans le même temps, il était convaincu que ne rien faire ne lui apporterait rien. Ni tourments, ni piste, ni réponse...or, il se moquait bien de ses souffrances.

Il marcha, tendant l'oreille et l'oeil pour repérer le campement de la Begnionnaise. Dans une telle forêt, cela ne tarda guère et le Rôdeur put rejoindre son rencart avec son éternel entrain. Son arrivée mit les gardes sur la défensive, à juste-titre. D'un regard, le chevalier du nord les jugea. Avec la domestique, et Hedwidge, ils arrivaient à peine à une dizaine de pignoufs...comme il s'y attendait, ce ne serait pas un défi.


"Tu présentes mieux habillée."

Il n'avait aucune idée de quoi dire en fait. Alors spontanément, il s'était dit qu'une sorte de plaisanterie/vérité ne pouvait que détendre l'atmosphère, car bien que la prostitution soit un moyen de négociation assurément très efficace, le Rôdeur doutait que la diplomate livrait son corps en échange de quelques signatures.
Sans crainte ni gêne aucune, Kerorian s'approcha du camp. Après tout, la "cheffe" l'avait invité à prendre le thé, pourquoi se serait-il embêté pour cette troupe de bras-cassés ? Cela dit, il resta en bordure du "cercle intérieur" pour afficher qu'il ne craignait pas leur nombre, et ne tenait pas à se battre...pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 10:27

Retrouver son chemin ne fut pas une tâche difficile pour Hedwige. Il lui suffisait de remonter le courant de la rivière. Elle fit cependant attention à ne pas sortir de l'eau tant que Kerorian était encore en vue, ce qui ralentit quelque peu sa progression. C'est au bout d'une dizaine de minutes qu'elle arriva enfin près de l'endroit où elle avait laissé Veena. La dame de compagnie s'était installée dans l'herbe et avait sorti une broderie pour s'occuper en attendant que sa maîtresse ne finisse de batifoler dans l'eau.
Lorsqu'elle se rendit compte qu'Hedwige était revenue, elle rangea son ouvrage et vint l'aider à sortir de l'eau en lui tendant un tissu pour s'essuyer. S'extrayant de la rivière, Hedwige eut à nouveau froid... Mais pour de vrai cette fois, le vent lui glaçait les os en frappant sa peau mouillée. C'est avec un plaisir évident qu'elle s'enveloppa dans la serviette en se dirigeant vers ses effets.

Merci, Veena.

Elle se sécha et s'habilla rapidement, puis les deux femmes reprirent la route du campement tandis que la Wyndalis attachait ses cheveux comme à l'accoutumée. Bientôt, une lourde tresse de cheveux humides reposait sur son épaule, son unique mèche blonde encadrant son visage.

Elle arriva au campement tout juste à temps, puisqu'au moment où elle se dirigeait vers les gardes pour leur apprendre qu'ils allaient avoir un invité, Kerorian écarta les broussailles qui le séparait dudit campement. Deux gardes levèrent bien leur lance, mais Hedwige leur ordonna de les baisser et se dirigea vers le rôdeur pour le saluer, dans les formes cette fois-ci.

Bienvenue dans notre campement.
Tu présentes mieux habillée.

... A nouveau, la Wyndalis se sentit rougir. Décidément, il n'avait rien du profile d'un tueur, ce qui la confortait dans son impression qu'il avait sans doute été accusé à tors. Restant digne toutefois, elle se tourna brièvement vers Veena pour lui demander de faire chauffer de l'eau pour un thé. La garde avait déjà allumé un feu de camp pour la cuisine, ce serait chose facile. Tandis que la demoiselle s'éloignait, Hedwige invita Kerorian à la suivre vers un arbre déraciné qui leur servirait de... Chaises. A vrai dire, la présence de cet arbre, en plus de la rivière, était ce qui avait encouragé la petite expédition à faire de ce lieux son campement de la nuit.

Ce n'est pas le grand luxe, mais je ne puis vous proposer mieux en les circonstances.

Pour elle, qui était habituée à recevoir avec fauteuils, petite table et service impeccable, recevoir un invité dans un campement où les tentes n'avaient pas encore été montées avait quelque chose de perturbant. Elle composait avec cela dit, puisque de toute manière elle n'avait pas le choix. Tout ce qu'elle craignait en vérité, c'était que l'un des gardes ou Veena ne reconnaisse en Kerorian le criminel placardé dans toutes les villes alentour, mais elle ferait alors en sorte qu'ils laissent le rôdeur tranquille. Elle était diplomate que diable, pas chasseuse de primes ! Alors s'il ne la menaçait pas, ni ne commettait pas les exactions dont on l'accusait, autant le laisser tranquille.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 11:18
En effet, on sentait bien les origines précieuses de la p'tite dame lorsqu'elle s'excusait de ne rien avoir de mieux à lui offrir comme siège qu'un tronc d'arbre. Dans la pampa, on considérait plutôt que c'était une chance d'avoir quelque chose de mieux que le sol pour poser son cul.
Toutefois, outre le fait que cela le gênait profondément de s'asseoir peinard à côté d'une autre vache à lait comme si de rien était, le Rôdeur n'oubliait pas non plus qu'il était en terrain hostile, comme partout sur Tellius. Il ne tenait pas à s'asseoir comme s'il faisait une promenade au bord de la rivière et testa plutôt debout, croisant simplement les bras à quelques pas de la diplomate.


"Ça se voit que tu n'as pas l'habitude de voyager."

Sans doute serait-elle tentée de répondre que c'était son métier, de se balader d'un bout à l'autre du continent...mais elle le faisait en calèche et avec escortes à ses ordres. Lui errait depuis plus de neuf ans, à la seule force de ses bras.
Il attendit un peu, dardant le feu de son oeil unique sur les compagnons peu assurés de la diplomate. Ce n'était pas pour rien que le Rôdeur voyageait seul. Même Pando', il ne tolérait que mal sa présence pour des raisons qu'il s'expliquait encore mal. Pourtant, Kerorian avait bien conscience que plus il rejetait les autres, plus il guettait l'occasion de rompre sa routine solitaire...pour le meilleur ou pour le pire.
La domestique s'efforçait tant bien que mal de trouver à faire, évitant soigneusement le regard ardent du géant cuirassé tandis que l'eau chauffait. Cela ne devrait plus tarder pour le thé...mais le Rôdeur s'impatientait. Il rendait les gardes nerveux, et la présence de tant de larves commençait à lui taper sur les nerfs. Qu'est-ce qu'elle attendait, l'autre décolorée ?


"Qu'est-ce que tu veux ?"

Finit-il par faire tomber d'une voix sèche. Naïf, peut-être, mais pas complètement dupe. La Begnionnaise ne l'avait pas invité sans raison. Elle voulait probablement lui demander quelque chose, une question, un service, peu importe quoi. Le thé n'était qu'une excuse pour l'appâter ici, et comme les choses traînaient, ça commençait à ressembler à un piège.
Ce n'était probablement que pure paranoïa, et le Rôdeur ne redoutait de toute façon pas d'affronter même une compagnie complète - bien qu'il gardât toujours la petite servante dans un coin de son champ de vision pour s'assurer qu'elle ne glisse rien dans son verre - mais il détestait attendre pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 11:45

Elle voyait bien qu'il était nerveux. En vérité, elle ne voulait pas le déranger, mais elle était curieuse, et c'est en récupérant un maximum d'informations que l'on s'en sort dans son milieu, quelque soit le sujet. Aussi, lorsque Kerorian lui demanda d'une voix sèche ce qu'elle lui voulait, elle ajusta sa position sur son tronc d'arbre.

Il se trouve que j'ai eu l'occasion de voir votre visage et votre nom sur des avis de recherches.

Avec ces mots, elle était prête à parier qu'il serait immédiatement sur ses gardes, qu'il prendrait son invitation à boire un thé pour un piège, et elle secoua un peu la tête, autant vers Kerorian qu'à l'adresse des gardes les plus proches qui avaient déjà saisit leurs armes lorsqu'Hedwige avait prononcé ces mots. Elle leur fit signe de s'écarter et de se mettre au repos.

Or, vous n'avez pas chercher à me faire du mal lorsque nous étions dans la rivière, et vous vous êtes montré aimable envers moi, malgré le dérangement que je vous ai causé.

Tandis qu'elle parlait, Veena s'approcha avec leurs tasses de thé. Hedwige se saisit de la sienne, et invita Kerorian de la main à en faire de même, affichant une assurance qu'elle était loin de ressentir. A vrai dire, l'air revêche de Kerorian lui donnait plutôt envie de s'enfuir à toutes jambes. Mais outre le fait que jusqu'à présent, il n'avait pas été agressif, elle se rassurait en se disant que maintenant, elle avait son tome à la ceinture et était apte à se défendre.
Et puis, en tant que diplomate, elle se devait d'éclaircir un point important.

Avez-vous été accusé à tors ?

A ces mots, elle plongea son regard azuré sans l'unique œil rouge du guerrier, cherchant à discerner dans son expression, dans son regard, la moindre trace de duperie ou de mensonge. Elle s’efforçait toujours de conserver le plus grand sérieux du monde, malgré son cœur qui battait à tout rompre et la crainte.
Que ferait-elle, s'il était effectivement l'auteur de ces forfaits ? Pourrait-elle le laisser libre d'agir à nouveau ? Devrait-elle l'arrêter ? Le pourrait-elle seulement ? De tout cœur, elle espérait que le rôdeur soit innocent...


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 12:30
Allons bon. Cette truffe avait reconnu sa trogne sur un avis de recherche. Kerorian savait qu'il avait une prime sur sa tête, probablement chopée le plus souvent durant l'époque où son épée avait le dessus, et où des journées, voire des semaines entières sombraient dans le flou le plus total. Il avait eu la mandale facile, alors.
Mais ce n'est pas comme s'il allait s'en soucier. Quelle pitié pouvait-il avoir pour des rangs qui avaient succombé par poignées à ses coups, alors qu'il ne contrôlait même pas son corps ou son esprit ?

Par contre, la diplomate devait avoir une sacrée araignée au plafond, car au lieu de coordonner une attaque pour arrêter "le Redeye"...elle s'étonnait plutôt de sa relative amabilité et insistait pour qu'il prenne son thé. Quand il pointa à nouveau son oeil sur la servante, celle-ci faisait de son mieux pour pour éviter de trembler, mais se savoir en présence d'un criminel à l'apparence tout sauf avenante n'était pas pour la rassurer.
Il finit toutefois par prendre le thé, se disant que ça serait impoli - probablement - de refuser ce pour quoi il était venu Puis Hedwidge lui demanda s'il avait été accusé à tort, et le Rôdeur comprit ce qui s'était passé dans sa petite tête. A tous les coups, elle ne comprenait pas comment un tueur pouvait se montrer un minimum courtois.
Mais quelle pigeonne torchée dans la soie dorée...


"Non répondit sans état d'âme le guerrier cela ne m'étonnerait même guère que les actes que l'on me reproche soient en deçà de la réalité."

Brièvement, le Rôdeur haussa un sourcil pour lui-même. Pour ce qui était des massacres, les rumeurs étaient sûrement un peu à la traîne...mais qui sait ce que les paysans et autres mou-du-genou pouvaient bien raconter à son sujet.
Ne s'en souciant de toute façon pas, il haussa simplement les épaules en écartant la question. Que les péons jasent, lui continuera. Il porta le gobelet à ses lèvres, et prit une gorgée. Bien évidemment, il n'en ressentit aucun goût, alors il l'imagina.


Et alors ?"

Kerorian était parfaitement indifférent à ses actes. Tuer était un acte banal. C'est le défi qui l'intéressait, les miséreux qui s'écrasent avant même qu'il les frappe ne méritaient même pas sa haine.
Toutefois, la stupidité de la diplomate l'étonnait. Et il aimait les curiosités, à défaut de le satisfaire ou de lui offrir un quelconque réconfort, au moins elles le distrayaient.


"Quelques mots, et me voilà présumé innocent malgré ma réputation et mon apparence."

Un géant couturé de cicatrices ignobles, engoncé dans une armure éraflée et cabossée et se trimballant avec une épée démesurée presque rouillée tant elle a été noyée maintes fois dans des rivières de sang...et parce qu'il ne l'avait pas éconduite comme le dernier des sauvages, le doute était permis, selon elle.
Créfieu, et lui qui pensait que seuls les Criméans pouvaient être aussi neuneu...la palme revient finalement à Begnion.


"S'il suffit de baratiner les diplomates pour leur faire avaler n'importe quoi, pas étonnant que tous les peuples recommencent à se mettre sur la gueule."

Lui qui pensait que les négociateurs étaient au contraire les maîtres du verbe, de l'art de tromper et détourner les pensées...il avait l'impression d'être tombé soit sur le pire spécimen, soit sur le plus naïf. Dans les deux cas, le Rôdeur en vint à se dire qu'il n'allait pas tarder à avoir du boulot si jamais elle partait négocier un traité quelconque avec Criméa.
Allez, boum ! Une nouvelle guère d'ici deux semaines ! Ça fera de la viande sur les routes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 13:39

Ainsi donc, il était coupable. Il admettait même que ses crimes étaient sans doute pires que ceux pour lesquels on l'accusait déjà. Ainsi, elle s'était trompé. Elle détestait se tromper. Restait que cela n'expliquait en rien l'amabilité de Kerorian, ni le fait qu'il ne les aient pas attaqués, quand bien même la garde était à présent ouvertement hostie. Veena n'était pas à l'aise non plus, et c'était un euphémisme. Et Hedwige...
Elle ne se sentait pas à l'aise non plus. Mais elle savait que présenter une façade confiante était le meilleur moyen de se défendre contre un tel homme. De plus, il n'était pas du genre dont on pouvait se jouer. Elle devinait chez lui un certain discernement, et elle était douée pour jauger les gens, ce qui faisait d'elle une bonne diplomate. Et elle estimait que si elle parvenait à sortir tous ses hommes de cette situation, alors elle aurait réussi son coup.

Parce-que sans se mentir, face à un tel personnage, elle doutait de l'efficacité de ses hommes. Les crimes pour lesquels il était recherché impliquaient le meurtre de quelques contingents de gardes, et il avait survécu. Pas ses victimes. Son armure massive serait en outre particulièrement efficace contre les armes légères de ses gardiens.
D'un geste sec, elle intima l'ordre à ses soldats de ne pas attaquer.

Certes, ses petites piques sur l'efficacité des diplomates n'était pas pour lui plaire, mais qu'y connaissait-il après tout ? Il était un guerrier, un vagabond, et bien qu'il semblât connaitre les bonnes manières, elle était pratiquement certaine qu'il n'avait jamais été la voix de tout un pays. Il ne pouvait pas savoir de quoi il parlait.

Il ne s'agit pas que de quelques mots. Comme vous l'avez souligné, nombreux sont les racailles qui auraient sans vergogne profité du corps d'une femme nue et sans défense. Vous ne l'avez pas fait.

Parler l'aidait à retrouver une certaine confiance en elle, surtout face à un tel individu. Au moins gardait-elle la tête haute. Elle était heureuse cependant d'être assise, cela lui permettait de ne pas trop faire attention à ses jambes qui se transformaient lentement en coton.

Vous m'avez mise en garde, sans m'attaquer. Ce qui n'est pas franchement ce que ferait un tueur sociopathe comme celui dépeint par les avis de recherche à votre nom. Vous avez même accepté mon invitation à boire un thé. J'espère d'ailleurs qu'il est à votre gout ?

Avec un calme savamment calculé, la diplomate ramena sa tasse à ses lèvres pour prélever une gorgée du breuvage fumant. L’arôme était particulièrement savoureux, et se concentrer quelques instant dessus lui fit du bien.

Quoi qu'il en soit, j'en conclue donc qu'il y a anguille sous roche.

Soit, il était un tueur. Restait que ce n'était pas son rôle de le capturer. Si elle se sortait de cette situation, elle ferait un rapport et le confierait à la personne adéquat pour que des mesures soient prises à l'encontre de l'épéiste noir.
Elle prit d'ailleurs garde à ne pas porter la main à son tome de lumière. Elle ne devait pas montrer qu'elle le craignait, d'autant que tant qu'elle ne tiendrait pas son livre, il la croirait inoffensive. Ce qui n'était pas le cas, remerciées soient les déesses ! Heureusement, la diplomate disposait de quelques atouts.
Son regard brilla avec une intensité légèrement accrue.

J'aimerais donc comprendre de quoi il retourne. Pourquoi avoir tués... ceux que l'on vous accuse d'avoir occis ?


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 16:05
Ou alors elle était folle. Comme toutes les femmes. Parce que face à un colosse craint pour sa capacité à transformer les gens, professionnels du combat ou non, en steak haché cru, la logique recommandait plus de trouver une façon de foutre le camp en profitant du fait que ledit géant soit trop lourdement équipé pour mener une poursuite, plutôt que de tailler la causette.
Mais peut-être qu'il y avait quelque chose de plus profond...et cela mettait le Rôdeur sur la défensive. La diplomate essayait d'avoir l'air assurée, et retenait ses chiens de garde. Clairement, elle ne tenait pas à ce qu'un combat ait lieu. La Begnionnaise était certainement plus intelligente qu'il n'y paraissait, et Kerorian détestait qu'on essaye de le comprendre. Il avait l'impression d'être...envahi.


"Pour le thé, comme les larves que j'ai massacré...je l'ignore."

Il reprit une gorgée, et creusa dans sa mémoire pour lui trouver un nouveau goût. Au final, ça avait du bon aussi de ne plus sentir ce qu'il consommait...ça permettait d'inventer et renouveler leurs saveurs. Si on pouvait se contenter d'un peu d'imagination.
Puis il haussa les épaules, se moquant éperdument du pourquoi du comment.


"J'imagine que pour la plupart, j'en avais juste envie."

C'était hélas comme ça que ça se passait. Trop peu de guerriers de talent, et trop d'imbéciles prétentieux. Alors il dépensait sa colère et sa frustration comme il pouvait, en écrasant parfois tout bêtement les insectes qu'il méprisait le plus.
Toutefois il restait une question à traiter, car le Rôdeur avait beau être un monstre, il considérait qu'une interrogation méritait une réponse, même floue ou incomplète. Il vida le reste du thé, se lassant déjà du petit jeu de lui fantasmer une saveur perdue et tendit la tasse vide à la servante. Autant qu'elle serve à autre chose qu'être à deux doigts de se pisser dessus.


"Vous ne m'intéressez pas. Vous êtes faibles. Je ne gagnerais rien à vous tuer, à part un profond ennui et une perte de temps."

En passant volontairement au vouvoiement, Kerorian englobait clairement la diplomate et son escorte en affichant clairement que leurs vies n'avaient pas plus de valeur que celle d'une seule chenille pour lui. Qu'ils soient un, dix ou mille, le problème ne changeait pas pour le Rôdeur. Il n'accordait plus d'intérêt aux sports nocturnes, aux finesses artistiques ou à la pitié fondamentale.
Lui, voulait un adversaire capable de lui tenir tête. Ni plus, ni moins.
Enfin...probablement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 17:24

Que voila des réponses bien étranges. Il ne savait pas. Et il cherchait des adversaires dignes d'être affrontés... Mais la Wyndalis sentait qu'il y avait quelque chose de plus là dessous. Sa première réaction avait été "je ne sais pas, je devais en avoir envie". A partir du moment où l'on n'est pas certains de ses sentiments, c'est que quelque chose ne va pas. Cela dit, Hedwige ne parvenait pas à mettre le doigt sur ce qu'il voulait dire.
Un autre détail la frappa également, et elle jugea qu'elle pouvait poser cette question sans trop de problème pour la suite de la conversation.

Vous ne sentez pas le gout du thé ?

Un nouvel élément qu'elle pouvait ajouter à la carte mentale qu'elle se faisait de Kerorian. Un homme peu sur de lui, qui ne parvenait pas à mettre de mot sur ses sentiments, à moins qu'il ne parvienne pas du tout à les interpréter, et qui avait perdu le sens du goût en plus d'avoir perdu un oeil et pris de lourdes blessures, en témoignaient les cicatrices qu'elle avait vu sur son corps lorsqu'ils étaient encore à la rivière.
Avec ce portrait, elle sentit un peu de sa crainte se dissiper. Certes, il avait massacrés des gens. Mais au delà de ça, elle avait l'impression qu'il était encore quelqu'un qui se cherchait, et qui ne se trouvait pas, d'où son attitude agressive et revêche. Et encore une fois, elle avait toute confiance en son aptitude à cerner les gens.

Et puis il dit quelque chose d'étrange. Qu'il n'aurait aucun intérêt à les tuer, elle et ses hommes. Qu'ils ne représentaient pas un défi suffisant. Qu'ils étaient faibles. Et elle se demanda s'il jugeait le monde ainsi, faible et indigne d'intérêt. Cette réflexion en entrainant une autre, elle se demanda quelle faiblesse personnelle il se cachait à lui-même en portant un jugement aussi catégorique sur le monde. Manque de confiance en soi, peur de l'échec, les possibilités étaient nombreuses.
Et il ne faut pas oublier une chose. Hedwige est une mère autant qu'une diplomate. Et elle avait mis un point d'honneur à s'occuper de ses enfants, à leur consacrer un peu de temps chaque jour malgré la masse de travail dont elle devait s'occuper. La seule raison qui l'avait poussée à laisser Willow et Rowane à Sienne chez sa sœur était qu'elle craignait qu'il ne leur arrive du mal, à une période aussi troublée que ne l'était celle qu'ils traversaient. Certes, ses enfants n'avaient pas encore connus les tourments que devait connaitre l'homme en face d'elle, mais ils avaient éveillés en elle un instinct maternel, qui la poussait à venir en aide à son prochain, à comprendre et à pardonner avant de condamner.

Ce ne serait pas facile avec un tel individu. Kerorian avait assassiné des dizaines de gens. Mais le tuer lui ne redonnerait pas la vie à ceux qu'il avait occis, et s'il y avait une réalité dont Hedwige était consciente, c'était que le monde était ainsi fait que des centaines de personnes mourraient chaque jour. En tuer une de plus n'aiderait en rien. En revanche, si elle parvenait à pousser Kerorian dans la bonne direction, il pourrait sans doute faire beaucoup de bien autour de lui.
Restait à savoir comment faire. Pourrait-elle seulement avoir une quelconque influence sur le rôdeur ? Il ne la connaissait pas, après tout, et elle-même le rencontrait pour la première fois. Et elle craignait d'envahir son espace personnel en se montrant trop curieuse. Mais le moindre mot qu'il prononçait, le moindre signe qu'il faisait, la renseignait sur lui, qu'elle le veuille ou non. Et maintenant, elle en savait trop pour ne pas au moins tenter quelque chose.

Il y a quelque chose que je ne sais pas à votre sujet. Que je n'arrive pas à cerner...

Pourquoi avait-il perdu le sens du goût ? Qu'avait-il perdu d'autre ? Pourquoi ne connaissait-il pas la raison même qui l'avait poussé à tuer ? Tout cela, elle ne le saurait qu'en posant des questions. Cela dit, elle ne pouvais pas se permettre de les poser à la légère. Car le rôdeur restait ce qu'il était, pour l'instant. Un tueur. Et si elle se montrait trop invasive, il risquait de s'énerver. Elle tenait littéralement la vie de ses hommes au creux de sa main.
Une responsabilité dont elle n'avait que trop conscience. Alors elle posa la question qui lui semblait le plus innocente parmi toutes celles qui lui tournaient en tête.

Comment avez-vous perdu le sens du goût ?


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 23:01
Hmm...une fois de plus, son honnêteté semblait lui attirer des problèmes verbaux. Il le savait pourtant, que les gens du commun sont incapables de comprendre ses problèmes. Pour eux, dont la vie se résumait à "est-ce que je vais un jour trouver un trou à fourrer dans ma vie, et ne pas me faire tuer ce soir ?" les aléas du chaos et de la possession seraient à jamais des arcanes impénétrables.
Et pourtant, il se bornait encore, et encore, à leur dire la vérité. Et à chaque fois, ça débouchait sur un étonnement, et plus de questions. Preuve en était une fois de plus, la diplomate lui demandait à propos de son goût défaillant.
Le Rôdeur roula des yeux. Il sentait déjà venir la graduation, qui le conduirait à parler de son état "particulier", qui amènerait le débat du "c'est pas bien, il faut lutter contre le mal, parce que le mal c'est méchant", Et comme ça allait l'énerver, il allait l'envoyer chier pour pas se donner la peine d'un massacre, et comme l'autre truffe allait se vexer et être cent fois plus pénible...


"Si t'embrasse une dragonne un jour, étrangles-la avant."

Il n'aimait pas inventer une histoire...mais Kerorian ne racontait nul mensonge ici, puisqu'il racontait un truc qui ressemblait presque à un proverbe et qui pourtant pouvait servir d'excuse à son état tout en ne répondant pas à la pénible question.
Mais bien évidemment, c'était une femme ! Aucun doute qu'elle n'allait pas en rester là, et continuer à enfoncer le clou jusqu'à l'avoir essoré comme un citron.


"J'ai pas besoin d'un psy. J'ai déjà eu ma dose avec tous les autres peigne-culs qui voulaient me faire la leçon parce qu'ils pensaient comprendre un problème qu'ils ne peuvent pas connaître tout en jugeant que LEUR vision leur donnait le droit de me dicter ma vie."

Et voilà. Il s'est énervé tout seul. Alan, Kira, même Kerowyn un peu, et tous les autres pistonneurs du dimanche qui osait le prendre de haut. Son masque d'indifférence se fissura, pour laisser grimacer le démon de Daein qui manquait cruellement de violence gratuite.
La soif de sang refit surface. Ils étaient pathétiques, mais il réfléchissait mieux au calme et dans la solitude. Serrant les poings, les traits crispés d'une profonde colère irrationnelle, le Rôdeur avança le pied. Un premier pas très clair quant à ses intentions qu'il parvenait encore à réfréner.


"Alors pèses précieusement ta prochaine question, fille de Begnion."

Il ne tenait pas à se prendre la tête avec eux...mais l'énigme était toujours présente. Est-ce que les tuer c'était être une énorme perte de temps...ou c'était de les épargner qui ruinait ses résolutions instables ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Oct - 10:30

Quelque chose d'inquiétant se passait, elle en était certaine à présent. Kerorian réfrénait difficilement sa colère, s'approchait d'elle sans vraiment répondre à sa question, mais en la menaçant clairement cette fois. Arguant qu'il en avait assez qu'on lui fasse la morale et lui dise ce qu'il devait faire sans avoir la moindre idée de ce qu'il traversait. Elle avait l'étrange impression de faire face à un adolescent en pleine crise, bien qu'elle devinait qu'il y avait quelque chose de plus là-dessous.
Une impression qui se confirma très, très rapidement. Son dos la chauffait désagréablement, et elle sentait sa peau se hérisser tandis que Kerorian faisait un pas en avant. L'esprit qui l'habitait était une manifestation de la lumière, et lui aussi s'alarmait. Quelque chose chez ce guerrier transpirait la magie noir. La puanteur de ses émanations manqua couper le souffle de la dame de Wyndalis, lui donnant l'impression que l'air lui-même se densifiait autour du rôdeur.

Son regard fut attiré par quelque chose. Était-elle guidée par son esprit, ou l'avait-elle senti à l'instinct ? Quoi qu'il en soit,ses yeux brillèrent d'un éclat nouveau en se fixant sur la poignée de l'immense épée qui dépassait du dos du rôdeur. Et alors, elle sut qu'elle avait mis le doigt sur le nœud du problème.

C'est cette chose.

La violence des sentiments du rôdeur avait dû l'alimenter, le rendre mieux perceptible aux sens magiques de l'initiée. Et maintenant qu'elle savait, elle avait l'impression de ne plus voir que ça.
Face à ce genre de problème, elle se devait de rester particulièrement calme. Kerorian était comme une bombe, qu'il fallait manipuler avec précautions si on ne voulait pas la faire exploser. Le moindre geste brusque, la moindre parole, pourrait être interprétée comme une attaque. Dans un premier lieux, elle devait mettre les autres en sécurité. Elle adressa un geste à l'adresse du capitaine de sa garde.

Nous sommes en présence d'une magie noire très puissante. Vous n'êtes pas habilités à lutter contre un tel phénomène, alors restez à l'écart.

A ces mots, Veena eut un petit couinnement de terreur et se réfugia derrière la garde, qui semblait hésiter sur la marche à suivre. Devaient-ils aller contre les ordres de la diplomate pour assurer sa protection, ou l'écouter ? En tant que mage, elle avait sans doute une meilleur connaissance de ces choses-là... Elle avait raison. Ils ne pouvaient rien faire.
Mais en était-elle seulement capable elle-même ? Elle avait un sérieux doute à ce sujet... Elle était même persuadée qu'elle n'avait aucune chance si elle décidait de faire face à une telle manifestation de magie noir. D'autant qu'une autre question se posait, bien plus complexe.
Jusqu'à quel point Kerorian était-il encore Kerorian ? A quel point l'artefact avait-bien pu le ronger, pour qu'il ne dégage une telle puissance ? Hedwige était lettrée. Elle avait étudié la magie. Bien qu'elle soit spécialisée dans les arts de la lumière, elle connaissait la théorie au sujet des autres formes de magie. Et le prix de la magie noir était le plus lourd. Or, les armes maudites ne dégageaient pas immédiatement une telle puissance. Il leur fallait du temps pour arriver à maturation, et même alors que la puissance de l'artefact l'étouffait presque, elle sentait qu'il n'était pas encore au meilleur de ses capacités.
Qu'est-ce que c'était que ce monstre ?

Vous m'avez demandé de peser consciencieusement ma prochaine question. C'est chose faite.

Elle n'avait pas dévié son regard de l'arme. En l'état, cette lame était une plus grande menace que n'importe quoi d'autre, fus-ce un rôdeur énervé et violent qui n'avait pas besoin de son arme pour faire du dégât.
Mais il restait un espoir... Un tout petit espoir. Cette attitude bienveillante, quoi que bourrue, qu'il avait eu lorsqu'ils s'étaient rencontrés à la cascade. Il n'avait pas été violent, il n'avait pas été mal intentionné, tout au contraire. Cela devait signifier qu'il restait encore, quelque part en lui, un humain qui vivait. Terriblement tronqué, amputé d'une partie de ce qui faisait de lui un homme, mais un humain quand-même. Elle avait besoin de savoir ce que représentait cette part de lui.

A quel point le maléfice de cette épée a-t-il supplanté Kerorian ?

Par Kerorian, elle ne parlait pas simplement de l'humain. Elle parlait de l'individu. Pouvait-il encore se considéré comme une entité unique ? Était-il encore, quelque part, un homme avec ses propres sentiments ? Ou alors son être était-il tellement lié à l'épée qu'il ne faisait plus la distinction entre sa propre volonté et celle de l'artefact ?

La seule chose qui vous dicte votre vie actuellement, c'est cette chose.

Peut-être que cela le ferait réagir... Lui qui semblait détester qu'on lui dise quoi faire, cela venait sans doute de ce qu'il ne parvenait pas à résister aux pulsions induites par sa lame noire. Elle en était certaine. Mais Kerorian serait-il seulement en capacité de le réaliser ?


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Oct - 17:42

Allons bon. Qu'est-ce qui lui arrivait à cette gourde encore ? Elle s'était soudainement figée, comme un chat qui entendrait une souris sous le plancher, et ses yeux s'étaient mis à briller. Un détail étrange, que le Rôdeur ne prit guère soin de noter. Puis elle parut atteindre l'illumination. Mais pourquoi est-ce qu'il ne tombait que sur des folles ? Même lorsqu'elles paraissaient saines d'esprit, il y avait toujours un "mais" encore plus gros que son épée.
Quoique. Peut-être pas si folle que ça, la guêpe. Elle ordonna à ses troupes de se retirer car ils n'étaient pas de taille face à de la magie noire. Alors la diplomate était donc capable de détecter l'énergie de son épée ?
C'est alors qu'il fit enfin attention au livre à ses côtés. Son inconscient n'y avait pas pris garde jusqu'alors, car il trouvait normale qu'une personne "prestigieuse" de bonne naissance et chargée de relations diplomatiques soit équipée d'un livre. Le livre, c'est le savoir, et le savoir est l'arme du sage.

Mais là, c'était différent. Hedwidge était une mage, une de ces saloperies de jeteurs de sorts fragiles et planqués. L'une des engeances qu'il méprisait le plus sur Tellius, en dépit de leur utilité potentielle. Et pour ne rien arranger, la négociatrice semblait être une mage blanche.
Kerorian n'était pas l'homme le plus calé qui soit sur les arts surnaturels...mais il était suffisamment cultivé pour différencier un tome anima d'un tome de lumière. Les glyphes étaient très différents, et Begnion était connue pour ses mages blancs, tout comme Criméa était réputée pour sa cavalerie et ses jeteurs de sorts Anima. Il roula des yeux, en soupirant encore.
En gros, elle était presque tout ce qu'il abhorrait. Femme, noble, mage. Et politicienne en plus de ça ! Combo gagnant.

Enfin, on pouvait au moins lui reconnaître deux "qualités". Elle semblait plutôt intelligente, quoique pas forcément des plus prudentes, et faisait preuve d'une admirable - et suicidaire - persévérance.
En revanche, elle n'avait pas du tout compris son avertissement. Comme tous les autres, elle voulait l'écarter de la voie du pouvoir, cette fois qu'ils ne comprenaient pas et jugeaient mauvaise.
Et surtout, elle le croyait encore le soumis de l'épée. Cela fut vrai, même si ça lui coûtait de le reconnaître, durant une époque. C'était d'ailleurs la réponse qu'il aurait pu lui donner à sa question précédente, mais comme bien souvent le passé n'intéressait pas Kerorian. Son regard écarlate, lui, était tourné vers l'avenir, un avenir qu'il comptait bien décider de lui-même, sans être corrompu par le "bien-pensant" de la larve moyenne.

Cela dit, il était au bord de l'explosion. Il détestait qu'on lui fasse la morale et qu'on lui prenne la tête, tout autant que d'être pris pour un faible. C'en était trop, il avait besoin d'évacuer.
Son oeil solitaire se porta sur le carrosse, qu'il rejoignit en quelques pas et sous le regard médusé de la garde, le retourna comme une crêpe dans une débauche de force improbable.
Ce n'était pas grand chose...mais au moins, ça avait défoulé un peu ses nerfs. Il songea à en faire de même avec l'arbre sur lequel campait la magicienne...mais se demanda s'il en serait vraiment capable. Le Rôdeur se savait puissant, mais il avait ses limites. En revanche, la catapulter elle par dessus la forêt pour tester son aérodynamisme pouvait tout à fait s'envisager.
Gardant cette idée séduisante dans un coin de la tête, il s'avança de nouveau d'un pas invasif vers elle en bombant fièrement le torse, se redressant de toute sa menaçante stature avant de pointer sa poitrine du pouce.


"JE suis Kerorian !" lui rugit-il presque au visage.

Il avait parfaitement conscience des pouvoirs insidieux de sa lame...mais ne les craignait plus depuis longtemps. Les pulsions qui ne le tentaient pas étaient toute bonnement réprimées, et les voix qui murmuraient sans cesse dans sa tête étaient ignorées.
Bien sûr que la Dragonslayer avait encore un impact sur lui. Mais désormais, lui-seul décidait si oui ou non il acceptait son influence.


"JE suis mon seul et unique maître, magicienne de pacotille. Et si tu en doutes, demandes-toi pourquoi tu en es encore capable !"

La lame noire était insatiable. Elle réclamait toujours plus d'énergie, une énergie qu'elle ne puisait que dans le meurtre. Arracher une vie la nourrissait, mais tout espoir de combler son appétit était pure utopie...une utopie dont ne rêvait pas le Rôdeur.
Cette faim le poussait en avant, car il la partageait, et la comprenait même. Elle lui assurait également de rester lui-même, car la Dragonslayer n'était pas difficile. Elle acceptait tout, du plus pitoyable paysage au plus noble des rois, tant que ça saignait, elle s'en contentait.
Pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 9:35

Alors là, c'était fort ! Se détournant d'elle, Kerorian passa ses nerfs sur le véhicule de qui la transportait en...Le retournant tout simplement. Catastrophée, elle regarda son bagage, encore à l'arrière de la voiture, s'ouvrir sous le choc et répandre ses papiers et son matériel d'écriture sur le sol. Elle avait bien une ou deux tenues de rechanges, mais cela ne lui importait pas le moins du monde en l'état, et elle se fichait comme d'une guigne qu'elles ne tombent dans la poussière des chemins.
Mais ces traités, elle travaillait dessus depuis des lustres. D'un coup, tout sentiment de crainte s’effaça pour laisser la place à une colère sourde et à une certaine indignation. Et en plus de ça, il venait lui crier dessus qu'il avait encore le contrôle sur sa vie ! Cet éclat de colère était bien la preuve du contraire ! Animée d'une fureur glaciale, la diplomate se laissa glisser du tronc d'arbre sur lequel elle était installée et toisa le rôdeur malgré leur différence de taille.

Que tu le veuille ou non, l'influence qu'a eu cette épée sur toi, si tant est que tu t'en soit effectivement affranchi, se ressent encore aujourd'hui dans le fait qu'elle ait, sans doute possible, irrémédiablement changé ton caractère ! De plus, il est également possible qu'elle ait une influence sur toi sans même que tu ne t'en rende compte, espèce de mufle !

Elle lui planta un indexe dans la poitrine, se fichant totalement qu'il porte une armure ou de se faire mal. Maintenant, elle en avait assez de cet enfant capricieux qui se permettait en plus de mettre à sac des mois de travail ! Il voulait se faire invasif ? Et bien, elle pouvait lui montrer qu'elle n'avait pas froid aux yeux elle non plus. Sauf qu'elle contrôlait parfaitement sa colère, contrairement à cet idiot qui ne pouvait pas s'empêcher de retourner des carrosses pour montrer qu'il en avait une plus grosse.
D'ailleurs, elle n'avait aucun doute quand à ce qu'elle avançait. On ne ressortait pas de la possession d'une arme démoniaque sans changer. Elle aurait parié la vie de ses enfants sur le fait que Kerorian était loin de ressembler à celui qu'il avait été avant de trouver cette lame.
Et accessoirement, elle était passé au tutoient. Plusieurs raisons à cela, la première étant qu'il ne se gênait pas pour la tutoyer depuis le début de leur rencontre... Mais la principale raison était ailleurs. Elle ne se sentait pas le devoir de vouvoyer un homme qui fichait en l'air des mois de travail. Encore furieuse, elle rejoignit les vestiges du carrosse d'une démarche raide et se mit à genoux devant ce qu'il restait de sa malle de voyage. Délaissant ses vêtements, elle réunit ses papiers afin de constater l'étendue des dégâts.

Plusieurs papiers s'étaient froissés, mais ce n'était pas le pire. Sa bouteille d'encre s'était ouverte, répandant son contenu sur toute une liasse de traités, et la poussière s'y était collé, formant un amalgame dont elle aurait du mal à retirer quoi que ce soit. Et bien, elle qui se frustrait de ne plus avoir de travail jusqu'à leur arrivée à Mélior, on dirait que la donne vient de changer... Ses yeux étincelèrent de plus belle, et elle réunit les papiers qui étaient encore sauvables.
Puis elle fit l'inventaire de ce qu'il lui faudrait racheter avant de se présenter à la cour de la reine Elincia. Du vélin, de l'encre, et même une plume, puisqu'elle venait de trouver la sienne, cassée par la chute du véhicule. La situation ne pouvait pas être pire...

Elle fit également la liste de ce qu'il lui faudrait réécrire. Peut-être qu'en faisant sécher les documents sinistrés, elle pourrait en récupérer quelque chose... Elle finit déjà de descendre la malle de la voiture retournée pour y entreposer soigneusement les documents qu'elle avait pu sauver, puis elle ramassa les feuilles couvertes d'encre, se fichant totalement d'en maculer ses doigts et ses vêtements.

Maintenant, je te prierais de bien vouloir remettre mon véhicule à l'endroit. Et sans casser les roues. Je vais en avoir besoin si je veux sauver ce qu'il reste de ma mission !

Sa voix était comme le givre, et ses yeux étincelaient avec intensité, signe de sa colère. A nouveau, elle se dirigea vers le tronc d'arbre où elle s'était tenue peu de temps auparavant, mais pas pour s'y réinstaller. Elle s'en servit plutôt pour étaler soigneusement ses feuilles, espérant que les lignes qu'elle avait tracées ressortiraient une fois les documents secs, que ce soit assombris par la double couche d'encre ou à cause du relief creusé par la pointe de sa plume. Ainsi au moins, elle n'aurait pas à repenser tous ses traités, simplement à les recopier sur du papier neuf... Ce qui lui serait déjà d'un grand soulagement.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 12:14

Au moins, le flippage de carrosse avait eu un résultat aussi efficace qu'immédiat. S'il s'était douté que qu'il suffisait de balancer un truc important d'une nana pour avoir la paix, il aurait bien souvent commencé par là !
Cela dit, si ça marchait bien pour détourner la conversation, il y avait un prix qui le dissuaderait désormais de recommencer. Aussitôt le choc passé, la diplomate était véritablement devenue hystérique...mais pour une fois, il en comprenait tout à fait la raison.
Mais même en pleine crise de nerfs, Hedwidge lui tenait un discours sensé. Probablement le premier qu'il ait réellement entendu au sujet de son épée et de son influence depuis qu'il s'en était emparé...mais qui lui en touchait une sans faire bouger l'autre.

Le Rôdeur hésita à lui expliquer le fond de sa pensée, se demandant si ça ne serait pas plus simple de juste les abandonner à leur stupide quotidien alors que la magicienne s'affairait dans des papiers dont il devinait le contenu passablement ennuyeux. Toutefois, en dépit de sa "jolie robe", elle n'hésitait pas à se trainer dans l'encre et la poussière...un "courage" assez louable, en somme.
Puis, tout aussi furieuse, elle le somma de remettre le carrosse en état et sans l'achever. Kerorian fut fort tenté de l'envoyer balader, car il n'acceptait d'ordre de personne, et s'il avait retourné sa voiture ce n'était pas sans raison.
Mais...elle avait un certain attrait. Oser lui faire face, en sachant qui il est, ce qu'il est, et même lui demander des comptes...ce n'était pas à la portée de tout le monde. Et s'il détestait obtempérer à quoique ce soit, le Rôdeur se dit que ça serait une excellente preuve qu'il est toujours lui-même.
Alors, encore plus grincheux qu'à son habitude, il remet le carrosse à l'endroit en s'agaçant de devoir le faire avec minutie pour ne pas juste l'exploser. C'est que c'est fragile c'est machin là, et il n'avait guère d'expérience dans le retournement de chariot pour en contrôler la chute.


"Bien évidemment qu'elle a changé mon caractère, triple nouille ! se mit à nouveau à tempêter le cuirassé Au même titre que n'importe quelle rencontre peut le faire !"

Merde, il n'aurait pas du remettre le carrosse à l'endroit, maintenant il avait l'impression que celui-ci le narguait et lui donnait envie de le catapulter de toutes ses forces. D'autant que ce qu'il allait dire réveillait de très mauvais souvenir tandis qu'il montrait les crocs.

"Comme avoir un gosse par exemple ! "Quel merveilleux événement" s'exclament les connards moyens, mais m'est avis que les grossesses imprévues ont ruiné bien plus de vies, des parents comme des enfants, que mon irritabilité !"

A tous les coups, elle allait lui répondre un truc du genre "ouais mais ça se fait par amouuuur" et tout ça, et "la vie c'est merveilleux" et autres crétineries du genre, mais lui ne pouvait pas digérer le fait que les gens se vautrent dans leur propre misère, en se vengeant sur les plus faibles de leurs propres fautes.
Oui, il regrettait amèrement ce qui s'était passé avec Liyu, depuis leur rencontre jusqu'à leur dernière séparation, car ça avait saccagé sa vie...mais aussi celle de la barde, et de leur rejetonne. Mais malgré tout, lui avait fait de son mieux pour les aider et ne s'en était jamais pris à elle. Contrairement à bon nombre de ces ignorants qui lui faisaient la morale, se prétendant des sages éclairés tandis qu'il vidaient godet sur godet, avant de rentrer chez eux battre femme et enfant.
Profondément furieux, de devoir une fois de plus affronter ses sentiments et ses doutes, il se pencha sur la magicienne, étirant une large ombre au-dessus d'elle.


"En quoi MON évolution serait-elle obligatoirement mauvaise, y compris pour moi ?"

Plus, cela faisait également remonter ses plus anciennes appréhensions vis-à-vis du monde. Lorsqu'il l'avait affronté, les premières fois, Kerorian s'étonnait d'à quel point la réalité était cruelle. Il voulait combattre alors pour l'honneur, la vérité et la paix, prêter sa lame pour faire cesser les combats et non les déclencher...mais quoiqu'il fasse, c'était la même rengaine.
Plus il s'accrochait aux valeurs qu'il jugeait nobles, plus le "citoyen lambda" dont la parole semblait faire loi lui disait qu'il perdait son temps.


"En quoi être différent, et suivre ma propre voie, serait un crime dont il faudrait impérativement m'écarter ?"

Il mourait d'envie de lui enfoncer son poing dans le crâne, si fort qu'il lui en fracasserait les côtes. Parce que comme les autres, elle le jugeait sans lui laisser ne serait-ce qu'une chance de décider pour lui-même. Comme les autres, elle le méprisait pour sa différence, sa liberté.
Mais le Rôdeur lui accordait un sursis. Car enfin, il rencontrait quelqu'un doté d'un cerveau, d'expérience aussi semble-t-il, et qu'elle pourrait peut-être enfin lui offrir un semblant de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 46
Age : 25
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 12:53

Tandis que Kerorian remettait le carrosse à sa place - enfin une action sensée, qui montrait à Hedwige qu'il n'était peut-être pas totalement perdu, elle finissait d'étaler ses documents sur le tronc d'arbre, véritablement inquiète à l'idée de ne pas pouvoir récupérer tout leur contenu. Quelle histoire... Mais elle ne pouvait pas simplement rester à ne rien faire alors qu'elle était confrontée à une telle manifestation de magie noir.
En revanche, elle ne s'attendait pas à l'envolée du rôdeur au sujet des enfants indésirés, qui sortait un peu de nulle part dans la conversation, laissant à Hedwige le soin de spéculer sur ce qui avait bien pu lui arriver... Peut-être qu'il avait traversée une telle épreuve, qu'il avait eu un enfant qu'il n'avait pas voulu, et que cela lui avait fait beaucoup de mal ?
Hedwige elle-même avait eu des enfants, mais elle les avait désirés. Ils n'avaient pas étés conçus dans l'amour, mais jamais elle n'avait regretté de les avoir portés. Willow et Rowane étaient sans aucun doute la chose la plus merveilleuse qui lui soit arrivée. Et jamais elle n'avait laissé son nouveau mari faire du mal à ses enfants, ni son propre père d'ailleurs, qui avait eu des vues sur leur éducation.

Et puis vint le moment où Kerorian posa ses propres question, et à nouveau Hedwige eut le sentiment de rencontrer quelqu'un de perdu, que le monde avait déçu et qui y cherchait encore sa place. Sa colère retomba un peu, et elle fut prise d'un certain sentiment de pitié pour le rôdeur qui la poussa à soupirer légèrement et à lui faire face à nouveau. Elle avait finit d'étaler ses papiers de toute manière...

La différence n'est pas un crime. Tuer en est un. Et le fait que tu ait tué tous ces gens "sans savoir pourquoi" selon tes propres mots me pousse à penser que tu l'a fait sous l'influence de la chose que tu porte sur ton dos.

Elle secoua légèrement la tête. Elle aussi était différente quelque part, à son échelle, dans son propre domaine. Elle s'était éloignée de l'avenir que son père avait tracé pour elle, refusant de se marier à l'homme qu'il lui avait choisi. Elle avait acquis le pouvoir nécessaire pour reprendre sa vie en main. Mais elle ne s'était jamais servi de ce que son père lui avait fait pour justifier un mauvais comportement. Elle en était au contraire ressortie plus forte, déterminée à laisser ses propres enfants s'épanouir et trouver leur propre voie, sans leur imposer la sienne.

Il n'est pas interdit de suivre sa voie. Il faut juste se souvenir que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Si ta voie empiète sur celle des autres, alors il y a quelque chose qui ne va pas.

Et c'était elle qui disait ça ! Alors même qu'elle était en route pour des négociations qui auraient une influence sur les habitants de deux pays... Cela dit, il y avait une différence certaine entre Kerorian et elle. Si elle prenait des décisions à l'échelle d'un pays, elle le faisait toujours dans l'intérêt du plus grand nombre, et ses négociations visaient à améliorer les conditions de vie de tout un chacun, non à les dégrader. Lorsque Kerorian déambulait à l'aveugle et massacrait à tour de bras, ce n'était pas le cas.
Ce qui la rassurait un peu, c'était que les avis de recherche dataient, le plus récent remontant à une année. Et en un an, un homme peut beaucoup changer. Elle espérait sincèrement que c'était le cas pour Kerorian, et qu'il avait effectivement réussi à s'affranchir de l'influence de son épée. Parce-qu'un homme capable de retourner un carrosse à main nue dispose d'une force terrifiante une fois mise au service des puissances malignes du monde.

En ce qui concerne les grossesses imprévues, je tiens quand-même à donner mon avis. Elles ne sont pas les seules à ruiner des vies. Famine et maladies en détruisent tout autant. Je ne vois cependant pas en quoi ces aléas de la vie constituent une justification aux dégâts que tu provoque autour de toi lorsque ton "irritabilité" te pousse à en détruire quelques unes de plus.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 13:52

Bon, il fallait bien y arriver à un moment ou un autre, mais voilà la fameuse leçon de morale. Rien que du très sensé, comme il pouvait en entendre n'importe où, fusse au bistrot ou au tribunal, mais ça n'en était pas moins d'un ennui mortel. Certes, fut un temps où l'épée le guidait comme un pantin pour s'abreuver de rivières de sang...mais c'était un temps révolu, comme il le disait.
Mais ça bien sûr, ça ne comptait jamais, n'est-ce pas ?

La suite en revanche lui donnait envie de la frapper dans la bouche. Encore plus qu'avant, car le petit discours tout propre, briqué et lustré par des années, des décennies probablement même de "bonne éducation", invitait dangereusement le rôdeur à la trainer par la peau du cou dans la boue et à la jeter dans les villages miséreux qu'elle devait sûrement soigneusement éviter. C'était typiquement une réponse Begnionnaise ça !
Oui c'est raciste, et alors ? Qu'est-ce que tu vas faire ? J'te retourne ta caisse moi !

Par contre, sa réponse sur les grossesses...alors là, on ne pouvait pas faire plus aux fraises, à tel point que sa colère s'atténua légèrement, un tout petit peu étouffée par une immense lassitude. Son esprit logique suggéra qu'il n'avait pas assez développé son propos, et du fait la diplomate l'avait mal interprété.
C'était probablement ce qui s'était passé, mais ça ne changeait au fait que la décolorée commençait à franchement lui casser les glaouïes.


"Tout d'abord, qui te dit que les crimes pour lesquels on m'a fiché sont du seul fait de l'épée ? ouuuh il n'allait pas défendre sa cause là...mais le Rôdeur ne craignait pas d'assumer ses actes "Il n'y a pas encore deux semaines, je tuais encore de parfaits inconnus. Pour me défendre, pour le plaisir, par ennui, ou pour tester ma force...quelle différence ?"

Hmm...un peu hors-sujet, rouquin. Mais il tenait à ce que le message soit clair. Tuer, c'était son essence, peu en importe la raison. En revanche, le géant n'appréciait pas du tout de se faire comparer à une épidémie. La maladie est un fléau naturel, un poison insidieux, frappant aveuglément et sans distinction, sans qu'on y puisse vraiment grand chose.
Tout le contraire de lui...sans doute.


"Descends de ton perchoir doré, porte-parole moisie de la liberté furieux, il cracha à ses pieds. Un geste qui ne lui ressemblait pas, mais qui évacuait sa frustration...un peu "Où sont ta liberté et ta justice, quand un père dilapide les quelques sous de sa famille en alcool, avant de rentrer chez lui pour tabasser femme et enfants ?"

Il voulait avancer, marcher sur elle, mais elle était trop proche. Si le Rôdeur faisait un pas, il allait littéralement l'écraser. Aussi à la place, se contenta-t-il de la bousculer, la projetant vraisemblablement en arrière.

"Quand des centaines de pauvres filles doivent vendre leur corps, pour gagner un morceau de croûte sec, parce que leurs pères abusaient d'elles et les ont jeté dehors, elle est où ta justification ?"

Certes, ça ne justifiait pas ses propres meurtres...mais d'un point de vue éthique, rien ne justifie jamais aucun crime. Et si le plus souvent, Kerorian ne tendait son arme que contre ceux qui en portaient eux-même une, il avait déjà fauché des innocents sans défense, et sans remords.
Il s'avança encore, en grondant d'un ton plus sourd.


"Où était la liberté, quand grâce à toi et aux autres gras du cul du Sénat, Begnion oppressait le peuple de Daein, les traitait pire que des chiens, et pillaient, violaient et tuaient en toute impunité ? Elle était belle ta diplomatie, quand un royaume entier crevait de faim à cause d'elle."

Le Rôdeur renifla avec un profond mépris. C'est des salopards comme ça qui conduisaient les cités à être brûlées, parce que leur petit confort négligeait totalement les milliers et milliers de vies qu'ils pouvaient utiliser à leur profit. Il se redressa de toute sa taille, sentant qu'il commençait à un peu trop à déborder.

"Alors pourquoi ton jugement vaudrait-il mieux que le mien ?"

C'était sûrement ça, qui le poussait à la solitude. Cette différence, qui l'isolait de toute chance d'être compris, ou de comprendre...et ce n'était peut-être pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem — Dawn of Destiny :: Tellius :: Criméa :: Lieux divers-
Sauter vers: