:: Tellius :: Criméa :: Villages de Criméa Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Trouble à l'ordre publique | Ft. Stella

Hedwige Wyndalis
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 47
Age : 26
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 1:40
[...] Le village de Shabdor est en outre connu pour son marché hebdomadaire et pour une belle pièce d'architecture, une superbe fontaine trônant au centre de la place du village, à l'effigie de la grande déesse Ashera. Elle fut construite il y a plus de 150 ans par un architecte de grand talent, sieur Shabdor, qui donna son nom au village lorsqu'il mourut [...]

Avec un léger soupire, Hedwige referma le livre qu'elle était en train de lire et considéra sa couverture. "Guide touristique de Criméa : Les détails à ne pas manquer". Lorsqu'elle était partie de Sienne, son fils lui avait donné ce livre en lui disant qu'ainsi, elle ne se perdrait pas. Elle s'en était amusé. Cela dit, elle avait maintes fois apprécié les informations qu'elle avait trouvé dans ce livre, et qui lui permettaient de savoir où elle mettait les pieds lorsque le convois s'arrêtait quelque part. En l’occurrence, le chef de la garde de l'expédition et elle-même, conjointement avec le guide Crimean qui les conduisaient à Melior, avaient décidé de s'arrêter dans ce fameux village de Shabdor. Alors, profitant de la tranquillité de son véhicule, elle avait lu les quelques lignes concernant le village.
Détails démographiques, date de fondation, signes distinctifs, curiosités à ne pas rater... A présent, la Wyndalis en savait autant que n'importe quel voyageur muni d'un minimum d'informations.

Cela dit, tout ce qu'elle avait lu dans ce livre ne l'avait pas préparée au spectacle qui l'attendait à l'arrivée...

Le convoi s'arrêta aux portes du village, et de là où elle était la diplomate entendait les clameurs s'élevant de derrière le mur d'enceinte. Intriguée, elle passa la tête par la porte du fiacre et questionna le chef de sa garde d'un haussement de sourcil. Mais il n'en savait pas plus qu'elle. Tout cela n'augurait rien de bon... D'autant que la porte n'était pas gardée, ce qui impliquait que la milice était occupée ailleurs.

Le convois, constitué donc d'Hedwige, deux domestiques, sa suivante qui partageait sa voiture, une garde de six hommes commandés par un chef et le fameux guide Criméan, s'engagea dans le village dans l'indifférence générale.

Plus ils avançaient, et plus la clameur se faisait puissante. Au bout d'une minute, ils atteignirent finalement la place du village, où Hedwige put constater la présence effective d'une superbe fontaine. Malheureusement, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus remarquable sur les lieux...

En effet, la place était encombrée par une foule d'une petite centaine de personnes offrant un spectacle pour le moins choquant. Tous se battaient, se donnaient des coups, mais la mêlée se concentrait vraisemblablement du coté de la fontaine, où tout n'était plus qu'un imbroglio de corps emmêlés les uns aux autres se frappant dans un affreux désordre. Franchement énervée à présent, Hedwige ouvrit la porte de son véhicule à la volée et descendit, faisant fi des inquiétudes de sa suivante pour grimper aux cotés du domestique conduisant sa voiture et avoir un meilleur point de vue sur la situation. Ce qu'elle vit ne lui plût pas du tout.

En effet, la rixe semblait se concentrer autour d'un groupe d'une dizaine de Laguz, sur lesquels s'acharnaient un bon tiers de la foule en colère. Elle devait mettre fin à tout cela. En son âme et conscience, elle ne pouvait tolérer de telles violences, en particulier en ces temps troublés. Un tel acharnement sur une bande de sous-humains ne ferait qu'attiser les conflits, et cela n'était pas dans les intérêts de la diplomate.

- Je m'en vais mettre fin à cette absurdité.

Sans attendre de réponse, de la part du chef de sa garde ou de qui que ce soit, elle grimpa sur le toit de sa calèche, bénissant son habitude des vêtements plus pratiques que somptueux. Elle faillit bien s'empêtrer dans sa cape, mais elle avait suffisamment l'habitude de la porter pour que cela ne lui pose pas réellement de souci. Ainsi juchée, et certaine que tout le monde pourrait la voir, elle se saisir du tome d'Eclat à sa ceinture et l'ouvrit devant elle. Se servant des lignes de textes comme d'un catalyseur, elle fit appel à l'esprit qui l'habitait et lui conférait sa maitrise des arcanes de la lumière.

Un grand flash éblouit la place entière, figeant les badauds sur place et les aveuglant un bref instant. Le silence se fit soudainement, et Hedwige profita de l'acalmie pour prendre la parole, haussant le ton pour être certaine d'être entendue par tous.

- Veuillez cesser immédiatement cette absurdité ! Quelqu'un peut me dire de quoi il retourne exactement ?

On sentait dans la voix de l'ambassadrice une fermeté, une autorité, que peu de gens pouvaient se targuer de posséder. Elle avait parlé d'une voix forte mais claire, assurée, et on sentait bien dans le ton de sa voix qu'il y avait plutôt intérêt à faire ce qu'elle vous disait.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Trouble à l'ordre publique | Ft. Stella Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Stella Morgal
Stella Morgal
Miss Miaou ~
Messages : 13
Classe : Hybride Loup-Chat
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Oct - 12:12
(HRP : Ce RP se déroule APRES les événements qui seront décrits dans la réévalutation. Le caractère de Stella est donc un peu modifié par rapport à celui qui apparaît dans sa fiche)

C'était un de ces matins. Un de ces matins où même le fait de quitter l'abri des couvertures peut sembler relever de l'exploit. Mais pour ceux qui avaient connaissance de ce qu'il s'était passé la nuit dernière, l'explication serait toute simple. Le corps de Stella pivota dans le lit, rameutant à elle les couvertures. Le tissu glissa sur son corps nu, sur la peau duquel roulaient encore quelques perles de transpiration. La nuit n'avait pas été de tout repos, il suffisait de regarder son état pour comprendre.
Hayden, à ses côtés, n'avait pas encore ouvert les yeux. Elle eut un sourire attendri en détaillant son visage des yeux une nouvelle fois. Elle avait totalement craqué au premier regard, une semaine plus tôt, et même aujourd'hui, il lui plaisait toujours autant. Il n'était pas un Laguz, ni un Déchu. Non, c'était un Beorc, un chasseur. Lui-même se considérait comme un trappeur, et mettait un point d'honneur à expliquer la différence entre les deux dans les moindres détails. Cette habitude de mettre autant de passion dans ses explications était en partie de qui lui avait plus. Quand Hayden parlait de sa vie, il produisait le même effet qu'un seigneur de guerre haranguant ses troupes. Dans les deux cas, celui qui parlait serait suivi jusqu'au bout du monde.
Le corps gracile et élancé de la Manavore quitta le lit sans un bruit. Elle fit quelques pas et remarqua alors qu'une lettre avait été glissée sous la porte. Et vu son état, il fallait deviner qu'elle avait été glissée la veille au soir..


Bonjour, Stella.
Je t'informe juste que nous partons demain matin au plus tôt. La guilde a besoin de fournitures. Sois prête au lever du jour, la route sera longue. Et avant que tu viennes me demander où nous allons, je te le dis directement : nous allons à Beignon. Donc tu peux laisser de côté tes envies de faire un long voyage calme.
-Dario

Dario... La Manavore ne l'appréciait pas nécessairement, mais il avait l'avantage d'être efficace dans presque tout ce qu'il entreprenait. Et sans être éminemment sympathique, il ne s'était pas rendu détestable...pour l'instant.
C'est donc à regret que la Manavore s'habilla. Elle savait que même avec les meilleurs arguments du monde, elle n'empêcherait pas Hayden de l'accompagner, même si elle savait que les deux hommes ne s'appréciaient pas particulièrement. Par trois fois, Dario et Hayden avaient haussé le ton lors de dispute, mais ce n'était jamais allé plus loin.
Une fois habillée, Stella jeta un œil vers le lit, et elle sursauta en voyant que Hayden avait ouvert les yeux et avait déjà saisi ses vêtements pour s'habiller. Nul besoin de se parler pour qu'elle comprenne qu'où qu'elle aille, il irait. Intérieurement, elle l'en remercia. Une fois que le duo fut prêt, Dario les accueillit au niveau du cortège, qui partit moins d'une heure plus tard.
Le voyage fut long, très long. Et Stella commençait à comprendre pourquoi Dario parlait d'abandonner l'idée d'être tranquille. Car dans un tel ennui, il était difficile de se tenir tranquille, justement. Et ce fut donc un soulagement palpable lorsque le convoi parvint enfin en vue de la ville. L'attelage s'arrêta au bord de la route après que la cargaison ait été fouillée, attendant les émissaires de la Guilde.
Mais les choses ne se passeraient pas comme prévu. Il était assez facile d'oublier que les habitants n'avaient pas les Laguz en haute estime. Sur le passage du groupe, il y eut donc un bon lot de regards noirs, puis quelques insultes murmurées. Et avant que les voyageurs aient le temps de degaîner leurs armes, une troupe de civils leur tombait sur le dos, faisant pleuvoir les coups.
Stella paniqua. Hayden protégeait sa propre vie à grands coups donnés du plat de l'épée, mais ce serait insuffisant. La Laguz elle-même jouait des pieds et des mains pour éviter d'être blessée... Jusqu'au moment où...


- Veuillez cesser immédiatement cette absurdité ! Quelqu'un peut me dire de quoi il retourne exactement ?

Cette déclaration avait été précédée d'une explosion de lumière. Toutefois, même l'usage de la magie ne pouvait pas empêcher la haine de suinter des mots des civils.

-C'est de leur faute, madame! Ils ont amené des herbes, j'ai vu! Si ça se trouve, ils veulent nous empoisonner !

Les mots étaient forts, mais il n'en fallait pas moins pour relancer le brasier de la haine. Il faudrait probablement l'intervention des forces de l'ordre pour ramener le calme. Qui plus est, voilà qu'un autre habitant enchérissait, probablement un boulanger au vu de l'état de son tablier.

-Ouais! Je les reconnais! Ils sont déjà venus, et c'est après leur premier passage que mon fils est mort! Ils l'ont empoisonné!

Ces allégations surent soutenus par des cris enthousiastes. Dégoûtée par tant de mauvaise foi, Stella baissa la tête. Démentir n'aurait servi à rien d'autre qu'à déclencher un nouveau torrent de violence. Mais elle jeta un regard suppliant à cette femme qui serait bien la seule dans cette histoire à pouvoir les aider...
Revenir en haut Aller en bas
Hedwige Wyndalis
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 47
Age : 26
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Oct - 9:31
La situation était catastrophique. Les Criméens avaient pris la famine, l'attaque de Death, chacun de ses habitants avait les nerfs à fleur de peau, d'autant plus avec les rumeurs d'attaques Laguz dont avait entendu parler la diplomate. Dans la conjecture actuelle, elle comprenait tout à fait qu'une troupe de Laguz, même aussi réduite, ait suscité la peur chez les villageois. Cependant, elle ne pouvait pas cautionner une telle attitude. Ceux-ci avaient voyagé a découvert, sans chercher à attaquer ceux qu'ils avaient rencontré, et lorsque le regard d'Hedwige se porta au coeur de la mêlée, elle constata que même dans une telle situation, s'ils avaient fait des blessés, ils n'avaient pas fait de morts.
Beaucoup de Beorcs étaient étalés au sol, mais si certains saignaient, ce n'était jamais des blessures vraiment sérieuse. Et pourtant, l'ambassadrice était bien placée pour savoir que l'arme de prédilection des Laguz était leur corps. Or, aucun d'entre eux ne s'était transformé pour se défendre, et ce malgré le tempérament bouillant des sous-humains.

- Quelqu'un est-il allé vérifier parmi leurs herbes si une seule d'entre elles pouvait tuer ?

Une idée lui traversa même soudainement l'esprit, et son regard, perpétuellement brillant en raison de son pacte avec l'esprit de lumière, incisif, parcouru la foule, semblant dévisager chacun des habitants du village.

- Quelqu'un est-il seulement herboriste ici ?

Vue la taille du village, Hedwige osait au moins espérer que quelqu'un ici aurait les compétences requises pour examiner la cargaison transportée par les sous-humains. Et plus elle y pensait, plus les éléments en faveur de l'innocence des Laguz lui revenaient à l'esprit.

- D'ailleurs, est-ce qu'au moins l'un d'entre vous a remarqué qu'ils étaient une dizaine de Laguz, contre une bande de villageois sous-armés ? S'ils avaient réellement étés hostiles, croyez-moi, vous seriez tous morts à cet instant, déchirés par les griffes des sous-humains !

L'esprit de diplomate d'Hedwige ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer mille et une chose pour faire les choses suivant une procédure plus normale. Elle croisa les bras, marquant clairement son mécontentement, d'autant qu'elle connaissait la politique du gouvernement en place envers les sous-humains et qu'elle savait ce qu'aurait pensé Elincia de cette mascarade.

- Je suis Hedwige Wyndalis, ambassadrice de Begnion, en route pour Criméa pour faire signer des accords de paix qui permettrons à mon pays de venir en aide au votre ! Voudriez-vous que j'ai un rapport à écrire sur la manière dont se sont comportés les habitants de ce village ? Je pourrais tout à fait le faire parvenir à la reine Elincia dans les délais les plus brefs !

Toujours juchée sur le toit de son véhicule, elle chercha des yeux qui était le maire, chef, ou quoi que ce soit qui détienne l'autorité légale dans ce village, des yeux.

- Je souhaite parler aux plus hautes autorités présente, Beorcs et Laguz.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Trouble à l'ordre publique | Ft. Stella Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Stella Morgal
Stella Morgal
Miss Miaou ~
Messages : 13
Classe : Hybride Loup-Chat
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 8:50
-Gaah!

L'un des locaux, une badine à la main, venait de tenter de profiter de la distraction d'un des membres du groupe pour le frapper. Visiblement, il ne se sentait pas concerné par le rappel à l'ordre de la diplomate. Mais Hayden lui saisit le poignet, et dans le calme le plus olympien, le lui tordit jusqu'à ce que le pauvre crie grâce. Le morceau de bois chuta au sol, et le pauvre diable fut rejeté, basculant sur les talons avant de retomber au milieu de ses camarades, dans une position parfaite d'ange tombé du ciel.
Toutefois, le groupe de Laguz ne lui prêta pas plus attention que ça. Et ils avaient bien raison, car il n'y eut pas d'autres tentatives du même genre.


- Faut nous comprendre, madame... Avec tout ce qu'il s'est passé, on peut pas se permettre de laisser passer quoi que ce soit...


Un homme assez imposant, mesurant un bon mètre quatre-vingt, et pesant au bas mot une centaine de kilogrammes de muscles, et dont la tenue faisait penser à un artisan qui manœuvrerait sur du bois ou de la pierre, s'avança d'un pas.

-Alors c'est vrai, peut-être qu'ils ont pas d'herbes cette fois... Mais qui nous dit que la prochaine fois, ils resteront tranquilles?


Un murmure d'approbation parcourut la foule, alors que Stella baissait la tête, totalement désespérée. Les vieilles habitudes avaient-elles donc la vie dure à ce point? Avait-il suffi d'un accident, une fois et une seule, pour que les habitants de ce village deviennent paranoïaques?
Mais il y avait pire. Les yeux des villageois... Stella y voyait poindre une colère sourde, une violence silencieuse... Et elle avait peur. De légers tremblements commencèrent à parcourir son échine. Cela, Hayden put le sentir, et il passa immédiatement un bras autour des épaules de l'hybride, lui apportant un réconfort certes léger, mais indubitable.
Mais son attention se retrouverait bien vite attirée comme un aimant par la discussion (si toutefois on pouvait encore considérer qu'il y avait encore une discussion) entre l'homme au tablier gris et la diplomate. Celui-ci avait repris la parole.


-Je sais ce que vous allez me dire, ma bonne dame. Le passé, c'est le passé. Et je me doute bien que tout ce que vous voulez, c'est la paix. Et dans l'idée, je suis d'accord avec vous. Sauf que j'ai pas l'impression que des tactiques d'empoisonneur soient le meilleur moyen d'y arriver!


Une nouvelle fois, il y eut ce murmure d'approbation. Toutefois, ce fut cet homme qui y coupa court en levant la main.

-Je peux proposer un marché. C'est comme ça qu'on fait, non? Tous ceux que vous voyez ici sont d'anciens lardons du coin. Ils sont nés ici, ils y ont grandi, et ils préféreront crever que d'aller ailleurs. Alors on cédera pas un pouce de terrain. S'ils veulent entrer, qu'ils montrent ce qu'ils ont dans leurs poches! On veut voir ce que cache cette carriole!

Si elle avait pu le faire sans prendre de risque, Stella aurait laissé échapper un soupire devant tant de dépit. Tout montrer? Il y en aurait pour pratiquement une demi-journée, et le rendez-vous avec la guilde était prévu dans moins de deux heures! De plus, le caractère délicat de certaines plantes ôtait toute possibilité de les manipuler sans y être formé... La Manavore jouait avec ses doigts, désespérée, et son regard chercha celui de la femme qui leur avait sauvé la mise, les larmes menaçant de couler d'un instant à l'autre.


-Aidez-nous... S'il vous plaît...

D'autant plus que les autorités compétentes dont avait parlé la diplomate ne pointaient pas encore le bout de leur nez, et la situation était assez tendue pour dégénérer à la première remarque mal placée d'un des deux camps...
Revenir en haut Aller en bas
Hedwige Wyndalis
Hedwige Wyndalis
Admin'. Mystical Owl Eldritch - Alias Moe.
Messages : 47
Age : 26
Classe : Initié
Localisation : Sienne, Begnion.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Avr - 11:39
Décidément, quelque chose n'allait pas dans cette affaire. Ces villageois si méfiants n'avaient même pas mis un système de contrôle des entrées et sorties en place ? Ils demandaient à vérifier le contenu de la cargaison des Laguz, cela impliquait qu'ils ne l'avaient pas encore fait. C'aurait dû être un automatisme.
La diplomate remarqua également qu'aucune de ses demandes n'avait été prise en compte, à savoir parler aux autorités compétentes présentes. Elle toisa l'homme qui s'était approché, visiblement un artisan. Puis son regard se promena sur la foule, les Beorcs toujours aussi énervés, les sous-humains craignant visiblement pour leur vie... Elle se pinça l'arrête du nez. Etaient-ils tous aussi stupides les uns que les autres ?

- Vérifier la cargaison des voyageurs est la moindre des choses, qu'ils soient Beorcs ou Laguz. En des temps si troublés, ce devrait être automatique.

Elle restait bien droite sur le toit de sa voiture, gardant cette position dominante sur le reste de l'assemblée. Elle n'en redescendrait que lorsque le maire du village se serait présenté à elle et aurait remis de l'ordre parmi ses gens, et pas avant.

- Ce n'est pas avec moi qu'il faut passer un marché. Je peux me poser comme médiatrice, je suis après tout diplomate, mais je ne ferais rien sans les autorités compétentes.

Elle n'était pas chez elle. Elle était à Criméa. Son autorité se serait appliqué sans souci à Begnion, mais à Criméa elle était simplement une noble de passage.

- Aussi, je réitère ma demande : Que se présente à moi les plus hautes autorités présentes, que la foule se disperse que les Laguz montent leur campement en périphérie de la ville s'il faut cela pour vous rassurer, et que l'on puisse discuter de cette affaire avec tout le sang-froid requis.

Serait-il nécessaire de leur rappeler qu'elle pouvait rédiger un rapport à l'adresse du gouvernement d'Elincia ? Elle aurait sans doute d'autres chats à fouetter, mais à l'échelle de ces paysans, la menace serait sans doute suffisante... Non, il allait falloir en rajouter, puisque visiblement la première fois, ils n'avaient pas compris.

- En attendant que cette situation ne trouve un arrangement, je vous déconseille fortement de renouveler vos actes de violence. Si vous agressez gratuitement ces Laguz - qui je le rappelle n'ont tué aucun d'entre vous alors qu'ils auraient été dans leur droit, vue l'agression dont ils sont victimes - il ne faudra pas vous étonner qu'il y ait des victimes parmi vos gens.


« Je m'efforce d'apporter la paix entre les peuples. »
L'ambassadrice parle en #ffffcc.
Trouble à l'ordre publique | Ft. Stella Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Stella Morgal
Stella Morgal
Miss Miaou ~
Messages : 13
Classe : Hybride Loup-Chat
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Mai - 14:27
Ce n'était pas que l'homme au tablier gris n'avait pas écouté. Ce n'était pas qu'il n'en avait cure. C'était surtout que son tempérament l'empêchait de prendre au sérieux les arguments de la diplomate. Et de toute manière, la plupart des présents préféreraient le suivre pour repartir à l'assaut des sous-humains que d'écouter ce que la diplomate originaire de Beignon avait à dire. Et de fait, il était donc très peu sensible, voire pas du tout, aux arguments de la femme blonde.
Tout cela, Stella put le lire dans la tension qui animaient la foule. Ce n'était pas qu'ils ne voulaient pas écouter, non. C'est qu'ils n'y étaient pas
disposés. Et il faudrait plus que des mots pour changer cet état de fait. Toutefois, il y eut rapidement un mouvement de foule alors qu'un homme s'avançait. Il n'avait pas participé à l'échauffourée, mais son regard en disait long sur son opinion des Laguz. Très grand de taille, le corps façonné par l'effort constant de l'exercice de sa fonction, il était l'Homme, avec un grand H, un corps musculeux et viril surmonté d'un visage superbe à la barbe bien taillée.

-Que les choses soient claires, madame. Je suis le maire de ce village depuis plus de dix ans. j'ai vu la guerre, et elle m'a affecté autant que vous. Certains ici ont perdu des amis, de la famille, et parfois tout cela à la fois. Je sais très bien que vous voulez faire au mieux mais...Vous oubliez un détail crucial: certains d'entre nous n'ont pas envie de voir les relations avec les Laguz s'améliorer. Il y a des régions de ce monde qui ne sont habitées que par des Laguz, et d'autres que par nos concitoyens Béorcs. Pourquoi cela devrait-il changer?

Il marqua un temps, et reprit la parole assez vite.


-Je vais donc faire ce qu'il convient de faire en pareilles circonstances: la garde saisira le contenu de la charrette et l'examinera dans le détail. Si une quelconque substance nocive devait être trouvée, alors l'ensemble du contenu sera brûlé.

Un vent de panique parcourut le groupe de Laguz. Stella voulut d'interposer, mais Hayden lui posa une main sur l'épaule. Le jeune chasseur s'avança et alla même jusqu'à pousser le maire de son chemin, ce qui tira à ce dernier un hoquet choqué.

-Madame. Je n'ai rien contre les Laguz, moi. Je les connais bien, et aucun d'entre eux n'est un empoisonneur. C'est le contraire qui est sensé se produire, d'ailleurs. Nous avons rendez-vous avec la guilde des alchimistes dans moins de deux heures. De tout ce que contient le chariot, la quasi-totalité sont des plantes délicates qui perdent toutes leur faculté dès qu'on les manipule sans respecter un protocole très précis. Et si nous ne sommes pas à l'heure, nous perdons toute chance de continuer notre activité. D'autant que je pense que ce village a réellement besoin de cette guilde, et que s'ils apprennent que c'est le village même qui les a empêchés de conclure leur affaire...

Bien sûr, le sous-entendu ne tarda pas à effleurer les esprits. Tous savaient à quel point la guilde était vitale au bon fonctionnement du commerce. Aussitôt, plusieurs badauds s'écartèrent du chariot, sans pour autant cesser de menacer les Laguz du regard. Cela, les membres de la caravane le savaient: au moindre écart, clients de la guilde ou pas, ils seraient à nouveau roués de coups.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem — Dawn of Destiny :: Tellius :: Criméa :: Villages de Criméa-
Sauter vers: