:: Administration :: Présentations :: Présentations en Cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Phalange, ou "Nobliau Pompeux"

avatar
Ramandar
La Phalange
Messages : 43
Age : 25
Classe : Lancier
Localisation : Criméa
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Oct - 23:40
Ramandar de Fayre

    Nom : de Fayre
    Prénom : Ramandar
    Surnom : Commandant
    Âge : 18 ans
    Sexe : Masculin
    Race : Beorc
    Peuple / Classe : Lancier
    Niveau souhaité : -
    Rang : La Phalange
    Pays d'origine : Criméa

Psychologie.


Ramandar a été éduqué comme un noble chevalier et il en porte quelques signes dans sa posture et ses mots. Néanmoins il a plus le cœur d'un héros faisant de son mieux pour alléger les malheurs des plus faibles. Les histoires de la cour et de la politique sont trop compliquées pour lui et il les abandonnera volontier à ceux que ça intéresse. Il est homme d'action, au diable les prévisions, les mots et les lois, c'est l'arme au poing qu'il se montre vraiment tel qu'il est. Il est prêt à relever nombre défis qui ne semblent pas hors de portée et il est même excité lorsque les affrontements se veulent tendus, de forces équivalentes. En combat, il a un style féroce alliant parades au bouclier pour laisser l'adversaire sans garde et coups d'estoc violent dans le but de mettre l'adversaire à terre en une seule attaque, ou deux, si possible. Néanmoins, il n'a jamais affronté ni laguz ni magicien, des expériences qu'il a hâte de vivre.

Dans son quotidien, c'est un bon vivant s'amusant d'un rien et s'émerveillant de peu. C'est son esprit chevaleresque qui le pousse néanmoins à vouloir aider les autres. Quant aux laguz, son oncle en disait du bien alors il veut leur faire confiance et voir comment la situation évoluera. La politique l'exaspère, souvent gérée par des gens avides et sournois. Sinon comment expliquer que tout le monde ne s'est pas encore serré la pince pour que le monde soit en paix ? Cela le dépasse et il préfère ne pas y penser, agissant à son niveau du mieux qu'il peut. Rien n'a plus d'importance pour lui que les sourires qu'on lui rend lorsqu'il réussit à vaincre des bandits ou repousser des monstres.

Bien qu'il pense souvent à sa famille qu'il a laissé derrière lui pour mener cette vie de vagabond, il ne regrette rien. Il n'a jamais prit le temps de connaître ses frères, bien plus tournés vers les études de la diplomatie et de la tromperie, comme tout noble qui se respecte. Quant à son père, il n'est pas près d'être pardonné alors il se contente de ne pas y penser. Seule sa mère lui manque un peu, mais il aurait finit par partir un jour, alors aujourd'hui où il veut ou demain à la guerre, ça n'aurait pas changé grand chose. Il prend le temps de lui écrire parfois, mais n'ayant jamais de réponse, il n'est même pas sûr qu'elle reçoive réellement les lettres.

Ramandar envisage son futur lointain auprès d'une femme douce et souriante, gentille et intelligente qui le soutiendra dans ses ambitions. Il ne désire pas pour autant une fille simple et inactive qui attendrait que le destin du monde se corrige de lui-même. Non, il espère sincèrement rencontrer quelqu'un qui saurait l'accompagner au combat, surveiller ses arrières et peut-être compenser ses lacunes. Il n'a par contre jamais été attiré par un homme, bien qu'il conçoit ce genre de relations pour d'autres. Et ne parlons même pas d'un laguz qu'il n'a même jamais vu, alors imaginer une quelconque relation serait bien trop fantasque. Et puis, sans connaître les détails, il paraîtrait que la déesse puni se genre de relation, aussi vaut-il mieux éviter.

Il n'a jamais été proche des animaux, ni même d'un animal familier. Il possédait bien un cheval lorsqu'il devait vadrouiller, mais il s'agissait plus d'un outil que d'un ami, aussi le traitait-il de la même manière que sa lance ou son armure. Il ne l'a pas emporté lorsqu'il est partit de son domaine, les traces auraient été trop simples à traquer pour son père et ses quelques loyaux soldats. Pour revenir aux animaux, il ne s'agit guère plus que d'un repas sur place, si l'on excepte les quelques créatures domestiquées pour leur utilité. Il raffole d'ailleurs des tranches de gibier séché. Ce n'est rien d'extravagant mais quand on passe son temps sur les routes, il vaut mieux apprécier les mets simples et facile à transporter, un avantage certain.

Son humeur change assez peu d'un climat à l'autre, et il s'adapte facilement aux situations météorologiques. A une exception près, la neige. La pluie blanche est ce qui l'insupporte le plus. Encore que le froid puisse être dérangeant, on s'y adapte en enfilant quelques couches de laines. Mais la neige, rien à faire, elle bloque le champ de vision, gène les mouvements et rend tout paysage méconnaissable. Rien de ce qu'elle représente ne plaît au chevalier et il devient rapidement morose voir irritable.

Lorsqu'il a besoin de se détendre il aime observer le silence. Se retrouver seul dans une clairière ou face à un paysage magnifique et simplement laisser la nature s'épanouir autour de lui, sans agir. Parfois il ferme même les yeux et il imagine le monde plutôt que le regarder. Son imagination travaille autant qu'un rêve et il se calme rapidement lorsqu'il le fait. En outre, il lui arrive de boire, non pas quand il est triste ou douteux, mais au contraire pour fêter des événements. Et lorsqu'il boit trop il semble plus amical encore, malgré un petit air mélancolique. C'est ainsi que Ramandar compte sur ses amis et alliés autant qu'il se remémore ceux qu'il ne reverra jamais. Pour autant, il ne se laisse pas abattre, il sait que s'arrêter en cours ne ferait que le rendre triste, en plus d'être une insulte pour ceux qui l'ont poussé jusqu'ici.


Physiologie.


Ramandar est un criméan moyen classique, avec peut-être juste une toilette et une posture plus noble, comme un chevalier. Sa plus grande extravagance est de porter des plumes en guise de boucles d'oreilles, une preuve pour lui-même qu'il n'est plus sous l'influence de son père, mais bien libre de faire ce qu'il lui chante. Des oreilles particulièrement petites d'ailleurs. Pour le reste, il est fort commun, des cheveux châtain courts en bataille, des yeux vert olive, un nez pointu et des lèvres fines. La barbe prend son temps à pousser sur son menton allongé et ses joues légèrement creuses, mais sa mâchoire assez large lui donne malgré tout un air adulte.

Il porte une armure de métal, mais pas trop lourde, préférant garder sa mobilité afin de réagir plus vivement aux situations imprévus. C'est une armure emprunté à la garde de son manoir, enfin celui de son père, et il faut avouer qu'il aura du mal à la rendre. Même provenance pour la lance en bronze simple qu'il a pu embarquer ce jour-là. Après quelques travaux, il espère améliorer tout ça pour de la bonne qualité. Par dessus les mailles il arbore un tabard noir aux broderies dorées que lui avaient confectionné sa mère. C'était un cadeau fêtant son entré dans la chevalerie et la milice. Un peu usé avec le temps, et quelques fois raccommodé, Ramandar semble le porter avec plus de fierté que tout autre chose.

Sa carrure n'a rien d'impressionnante non plus. Bien sûr il  a musculature d'un soldat, mais rien de plus, pas de biceps sur-développés ni abdominaux dessinés, rien d'extraordinaire. Il mesure un mètre quatre vingt environ et pèse quatre vingt kilos, une moyenne honorable pense-t-il. Heureusement sa posture droite et militaire le sort du lot sans quoi on pourrait le confondre avec un bûcheron ou un artisan.

Il porte sur le bras droit et dans le dos deux larges cicatrices, vestiges d'un combat contre une ombre qui a mal tourné. Dans son dos c'est une balafre courte vers l’omoplate droite, et elle continue en réalité sur le bras du même côté, formant alors un arc de cercle semblable à une corolle. Le temps à passé depuis et il s'en ai amusé se faisant tatouer un symbole par dessus. C'est ainsi qu'il imagina la première fois ce qui deviendra le blason de Liberty Spirit., un dragon survolant des flammes.

Le jeune est rarement tombé malade, étant noble, il faisait partie des derniers touchés par les malveillances de la nature. La famine ne la toucha pas davantage, il garda ainsi toute sa vie une stature svelte mais robuste. On lui fait souvent la remarque qu'il ressemble à son père, qui lui-même ressemble à Bastian, le célèbre conseiller de Criméa. A l'inverse, ces deux grands-frères eux ont plus prit de leur mère, des cheveux blonds et bouclés et un visage plus fin. L'ironie du sort peut-être puisque Ramandar aurait certainement préféré ressembler à sa mère.


Biographie.


La route fut longue jusqu'à Liberty Spirit, et ce qui suivra le sera d'autant plus. Mais commençons par parler du fondateur de ce nouvel ordre. Ramandar est né dans la famille de Fayre, neveu du Comte Bastian de Fayre qui siège au conseil de Criméa. Sa mère était une noble parmi d'autres et son père restera dans l'ombre du conseiller, pour autant la famille se portait bien. Possédant un manoir dans le comté de son oncle, le jeune homme connus les deux guerres qui avait sévit en ces terres. Trop petit pour se souvenir de tout, ce qui resta gravé dans ses souvenirs fut néanmoins cette désolation ambiante qu'il pouvait ressentir où qu'il aille, que ce soit au manoir, en ville ou même dans les campagnes environnantes. Et malgré les efforts de tous, la douleur restait vive, la blessure de cette dernière guerre encore largement ouverte telle une plaie béante. La famine prenait le peuple autant que la maladie et tout le monde accusait tout le monde, hors des murs comme à l'intérieur du territoire de Criméa.

Il grandit la lance à la main comme tous les jeunes de cette terrible époque où une guerre nouvelle pouvait éclater à tout moment. Et même sans parler des voisins, les criminels, bandits et autres monstres rôdaient partout et il fallait bien monter une milice pour les repousser à défaut de les combattre. Il fut de ceux qui devait faire face aux dangers le plus tôt possible et il prit rapidement goût à l'action, au combat et surtout aux remerciements une fois de retour en ville. Mais il fut également de ceux qui ont vu leurs camarades blesser ou succomber lors de ces rixes. Jeune, il n'était déjà plus naïf et hésitant, il avait rapidement assimiler l'expérience de la bataille et était devenu un soldat exemplaire, un chevalier accompli.

Ramandar n'eut que peu de rapport avec la noblesse, trop éloigné du conseiller et aillant deux grands frères plus à même de remplir ses fonctions. Quand il se rendit compte que sa vie se contenterait d'être un soldat prêt à mourir et d'un mariage convenu, il refusa son destin. D'abord il chercha à se défaire poliment de son devoir afin de chercher une voie qui le satisferait, mais son père était contre. Il dû ruser un temps pour parvenir à ses fins grandement inspiré par les mercenaires de Greil, des héros pour tout Criméa. Il commença à propager une rumeur comme quoi un nouveau groupe avait vu le jour, et qu'ils recrutaient. Au début, la rumeur seule ne suffisait pas attirer qui que ce soit.

Alors il la compléta en touchant la corde sensible de ces temps de troubles. Le groupe de Mercenaire serait dirigé par un homme qui se fait appeler La Phalange, et il recruterait tout beorc ayant de la sympathie pour les laguz, ainsi que tout laguz voulant travailler de concert avec leurs voisins. Malgré qu'il ne l'est vu qu'en de rare occasions, Ramandar se souvenait de tout ce que son oncle racontait, surtout les histoires de ses batailles aux côtés des hybrides. N'ayant jamais rencontré de laguz lui-même, le jeune homme ne pouvait qu'être excité à l'idée de côtoyer une de ces créatures que beaucoup insultent par peur ou dégoût, et le plus souvent à cause des souvenirs de ce que la guerre aura apporté. Ce qu'elle aura retiré et détruit surtout …

Quelques semaines plus tard la rumeur atteignait la capitale, au nord, et nul doute qu'elle avait parcouru un chemin similaire en Daein et Begnion. Sans parler des laguz qui devaient en avoir entendu parler à peine quelques jours après que ce plan ait été mit en place. Ramandar décida qu'il était temps de partir. Avec ce qu'il avait d'économie, il acheta un vieux fortin en grande partit détruit qui n'a pas été retapé depuis la guerre, les gens avaient bien mieux à faire. Il se trouvait au Nord Ouest de Mugill, dans les Montagnes séparant Criméa de Begnion, et relativement proche des terres laguz. Bien sûr le lieu demanda pas mal d'effort pour être de nouveau vivable, mais quelques baraquements, une salle pour manger, et toute la beauté de la nature alentour pour se nourrir et profiter de la vie. C'était un tournant important pour le jeune homme.

Ramandar nomma la nouvelle organisation Liberty Spirit pour accentuer le fait que tous seront libres ici, beorc comme laguz, dans leurs actes comme en pensées. Les premiers arrivants ne devraient plus tarder à se montrer. Ce qu'il importait maintenant au chevalier, c'était une mission. Le but général était tout trouvé, aider les honnêtes gens et prouver que la cohabitation avec les laguz peut avoir du bon. Mais pour y arriver, il fallait commencer par effectuer des petits travaux, ici et là, mal payé. Enfin il n'attendait pas vraiment d'or, mais plutôt des vivres et du matériel. Dans ses rêves en tout cas, dans les faits, il prendra bien ce qu'on lui donnera. Peut-être que faire parler de lui avant d'espérer des missives seraient une meilleure solution ? Il faudrait qu'il y réfléchisse. Beaucoup de choses sont à faire et obtenir des membres et des alliés sont des priorités à n'en pas douter.


Le Joueur.

    Pseudonyme : Kazumalice
    Comment avez-vous connu DoD ? Un peu de bouche-à-oreille, et un peu par un topsite
    Quelque chose à corriger ? Comme j'ai décris pas mal de choses en physique et mental, j'ai voulu éviter de raconter la même chose dans le passé, qui est donc un peu court;)
    Expérience du RP : Grand amateur disons ^^
    Avez-vous déjà joué à Fire Emblem ? Si oui, le(s)quel(s) ? Tous ceux sortis en Europe, il n'y a que Radiant Dawn que je n'ai pas encore terminé
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kerorian
Admin. Casseur de dents stoïque.
Messages : 198
Age : 23
Classe : Héros
Localisation : Errant
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Nov - 13:42
Pour commencer, bienvenue à toi !
Je m'occupe donc de ta fiche.

Style 2/2.5

Une façon d'écrire claire, qui ne perd pas de temps en des tours et détours. C'est propre, simple, j'aime bien. Tu as juste tendance à faire quelques répétitions parfois, ou des tournures un peu redondantes d'une ligne ou paragraphe sur l'autre.


Langue 1,5/2.5

Globalement bien, mais il y a beaucoup de fautes un peu partout. Des accords mal accordés, des t à la place des s, des féminins oubliés, sans oublier les habituelles fautes d'inattention (on passe tous par là, c'est notre ennemi commun) qui fait disparaître parfois une lettre ou un mot. Prends l'habitude de te relire, tu devrais rapidement venir à bout de ce problème.


Crédibilité : 1,5/2

Globalement, ici aussi, ça va. Le troisième fils, qui n'aime pas trop les attitudes de ses aînés et décide de préférer les armes, j'ai pas de soucis. Un jeunot qui essaye de se battre contre l'injustice et le crime, ça me va parfaitement, et qui choisit de suivre le grand nom de l'Histoire pour fonder son propre "camp", ça me semble cohérent.
Cela dit, comme je le décris plus bas, il manque pas mal de détails qui rendent ça un peu...superficiel qui m'empêchent de vraiment y croire. Mais dans l'ensemble, ça passe plutôt bien.


Originalité : 0,5/2

En revanche, rien de neuf. Les seuls traits originaux sont les plumes aux oreilles (en vrai, tu n'es pas le premier, mais c'est suffisamment improbable/rare pour que je considère ça original) et le fait qu'il n'ait jamais vu/connu un Laguz, même si ce point me laisse un peu sceptique du fait que même avant la guerre, et surtout pour un proche de Bastian, on pouvait déjà rencontrer des Laguz.
Même le blason n'a rien d'original, bien au contraire je le trouve même dommageable. Sa nation a été ravagée par Daein et ses chevaliers Wyvernes, arborant des blasons rouge et noir...et lui fait du dragon et des flammes sur fond noir son symbole ?


Physique : 1,5/2

La description fait pas mal le tour du personnage je pense, en chipotant je soulignerais tout de même qu'un mètre quatre-vingt et quatre-vingt kilos, à une époque "post-guerre" avec la famine qui a frappé, c'est pas "le stéréotype moyen", même dans notre monde.
En revanche "on lui fait souvent la remarque qu'il ressemble à son père, qui lui-même ressemble à Bastian". J'ai plutôt le sentiment qu'il ne lui ressemble absolument pas, que ce soit le visage ou les cheveux (et je viens de passer dix minutes à me demander si ce gaillard avait les yeux bleus ou verts...bah ça a l'air de tendre vers le vert foncé, mais au moins c'est vert).

Sinon j'aurais bien aimé un avis plus poussé peut-être sur l'armure, elle semble être une cotte de mailles mais quelques détails plus précis auraient été appréciables.


Mental : 2/2

Je ne pense pas avoir grand chose à redire ici, ça a l'air complet. J'aime beaucoup le fait qu'il déteste la neige par dessus tout.

Histoire :3,5/7

On a l'idée générale de sa vie et de ce qu'il en avait vaguement pensé...mais c'est tout. J'ai le sentiment qu'il manque énormément de développement, de détails. Par exemple, comment sa famille a vécu les deux guerres, l'ascension de la princesse cachée, la coopération avec les Laguz...
Car oui, il n'a jamais vu un Laguz...mais il vit à Criméa, et pas caché dans son manoir. Des Laguz, il y en avait déjà avant Path of Radiance dans le pays, et après cet opus ils ont le droit de vivre librement (en théorie) n'importe où, c'est très facile d'en rencontrer. Mais admettons à la limite, il a peut-être juste pas de bol... Même si se planter à la frontière des territoires Laguz et de Criméa aurait largement du y contribuer.

On a aussi très peu de détail sur sa vie personnelle. On sait qu'il a été éduqué comme un noble et chevalier et...en gros c'est tout. Pourtant il y avait moyen de sacrément développer ça, surtout avec deux frères aînés, sans avoir besoin de rentrer dans la règle du moyen-âge réel du "le troisième fils est destinés aux ordres religieux", il y avait moyen de creuser sa relation avec eux, on ne devient pas soldat et leader à quatorze/quinze ans à peine sans une explication plus poussée que "il n'aimait pas les affaires de la cour".
En vrai, il y a si peu de détail...que sa famille n'a pas de nom. Ni les parents, ni les frangins, rien.

Pour ce qui me chagrine vraiment aussi...je cite : "Avec ce qu'il avait d'économie, il acheta un vieux fortin en grande partit détruit qui n'a pas été retapé depuis la guerre"
Autant, le fait que tout le monde se fiche du fortin détruit, c'est excellent. En revanche, quelles économies ? Il est en froid avec son père et semble être parti à l'arrachée, ça mériterait d'être un peu creusé, surtout s'il est habituel qu'il se batte partout sans écouter ses parents.
Ah, et quelle réaction du père ? Ça aurait été très intéressant à développer ça aussi, car quand ton fils se tire soudainement en piquant dans les réserves...ça implique une réponse normalement. Il le renie ? L'abandonne totalement à son sort ? Lui envoie des chasseurs de prime aux trousses ?

Encore deux autres points qui me dérangent assez et j'aurais fait le tour, tout d'abord le coup de la rumeur. Des rumeurs, il y en a des centaines, des milliers, et juste un ragot à propos d'un nouveau groupe, dont personne n'a jamais entendu parler, ni vu quoique ce soit, qui est dirigé par un jeunot (qui plus est, ne peut pas compter sur son origine noble puisqu'il se présente sous un pseudonyme) et qui siège dans un fortin en ruines...ça ne risque pas de faire beaucoup de bruit. Tout particulièrement dans les autres pays, qui ont déjà leur lot de problème à régler, avec un simple bruit d'un énième groupuscule...
Rappelons qu'à l'origine (début de PoR), les Mercenaires de Greil ne sont pas super connus, même à Criméa. Pourtant Greil avait encore la force d'un des Quatre Cavaliers de Daein, et Titania était une ancienne capitaine de la chevalerie de Criméa, et on savait où les trouver, donc à quoi ressemblait leur "citadelle".

Enfin (oui, je fais des pavés, désolé), l'absence presque totale de référence aux événements récents. On ne s'est pas arrêté "juste après RD", il y a eu pas mal d'activité mine de rien. J'imagine que c'est lié au fait que tu voulais éviter de te spoil, ce que je comprends parfaitement, mais du coup ça creuse un énorme trou dans ton histoire qui aurait mérité d'être travaillé pourtant.



Note finale : 12,5, que je vais arrondir à 13/20 parce que j'ai sûrement été un peu rude. C'est toujours un peu dur de se lancer sur un nouveau forum, surtout avec des soucis de spoil et compagnie (ça aussi je connais bien), mais il y a vraiment trop de trucs qui manquent et qui auraient largement mérités d'être développés.

Tu commences donc niveau 13, et dispose d'un point de compétence ! Je t'invite donc à faire ta fiche technique (voici le lien http://dawnofdestiny.forumactif.com/f21-fiches-techniques si tu veux jeter un oeil), si jamais tu as des questions sur le fonctionnement, les limites, les possibilités, etc...n'hésites pas.
Une fois qu'elle sera faite et validée, tu pourras commencer à rp ! De plus, d'ici un mois (donc le premier décembre) tu pourras également si tu le désires procéder à une réévaluation si tu souhaites essayer d'améliorer ta note.

Bienvenue encore sur le Dawn of Destiny, en espérant que tu t'y plairas, et je te souhaite un bon jeu !
Et...désolé pour les pavés, j'aime un peu trop détailler ce que je pense, mais j'espère que ça t'aidera à t'améliorer, ça fait aussi partie du taf' d'essayer d'amener nos joueurs à se surpasser !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem — Dawn of Destiny :: Administration :: Présentations :: Présentations en Cours-
Sauter vers: